VENDETTA 4

Sorti pour l'automne 2001 à 150 exemplaires, avec une couverture sur papier cartonné recyclé marron et 56 pages A5 en papier recyclé, ce numéro contenait :




-

Fin juin avaient lieu des journées portes ouvertes aux Tanneries (Dijon), après un concert+projection vidéo (René Binamé décommandé au dernier moment, dommage, mais un super groupe de Lyon  je crois basse, batterie violoncelle dont j’ai oublié le nom) le samedi soir, on est allé poser deux trois questions à Jean Jean le lendemain, pendant que des parents amenaient leurs enfants aux activité proposées ce jour là.

 Donc tu es Jean Christophe, tu t'occupes de la liste de distro Maloka, avec une autre personne (Xavié), de même pour le label ?

On est que deux pour s'occuper de tout oui!.

 Dans une autre interview j'ai lu que vous passiez beaucoup de temps à s'occuper uniquement des mails que vous recevez, ça vous aide beaucoup Internet ?

Le problème c'est que moi je m'occupe pas du tout des mails, c'est xavié qui s'en occupe, mais c'est vrai que ça nous occupe beaucoup beaucoup parce qu'en une semaine t'en a une centaine qu'arrive....

 Mais est ce que ça donne des avantages par rapport au courrier papier ?

Non. Y'a juste un avantage, l'information circule plus vite, plus largement, mais tout les gens qu'ont pas d'Internet et autre ils sont mis à l'écart. A un moment on avait mis le catalogue sur Internet, on l'a enlevé parce que c'était trop bordelique, ça faisait trop de commandes, et puis moi je préfère le courrier de toute façon...

Ca faisait trop de commandes ??

Ouais, ça fait trop de choses à traiter. En plus ils commandent par Internet, ensuite faut qu'ils envoient la thune par courrier donc c'est inutile quoi....

Et qu'est ce qui t'as donné envie de faire une liste ?

Christophe a commencé à vendre des cassettes en 84/85, donc depuis ultra longtemps on essaye de vendre des trucs, moi j'ai repris le truc en 89/90, et qu'est ce qui m'a donné envie à la base ? Ben je trouvais pas les disques dont j'avais envie, donc la chose la plus simple c'était de les vendre moi même, comme ça j'étais sûr de les avoir pour moi, puis après y'a de plus en plus de contacts, de disques que t'as envie de distribuer, ce qui fait que à force… je fais que ça.

 Apparemment ça marche assez bien puisque cette année vous avez quand même sorti quatre ou cinq disques, depuis Janvier.

Depuis janvier on a sorti deux Inner Terrestrial, une compil, MDC, le split Algolanie/Porc Bleu, Divide+Conqer/Robotnica plus on a participé à Murdered Minority, ça fait six ou sept disques... De toute façon j'essaye d'en sortir quasiment un par mois.

 Donc vous avez assez d'argent d'avance pour les sorties ?

Au début quand je travaillais j'ai mis deux salaires de ma poche, pour pouvoir sortir ben on a commencé par represser Heyoka par exemple et maintenant ça tourne tout seul, tout  les mois y’a de l’argent pour sortir un disque sans problème, par exemple Inner ça se vend très vite, les compils ça se vend vite, enfin ça se vend assez vite les trucs donc y'a pas de problèmes, jusqu'à présent on a été remboursé sur tout on a perdu de la thune sur rien, à part Rawness un 45t... Ca marche ultra ultra bien je dois avouer, donc y'a pas de problème, sans faire de promo sans faire de pub sans rien. 

Et donc y'a des prix très bas chez Maloka, mais par exemple la compil' Au Pied Du Mur, ben moi y'a certaines chansons qui passent assez mal....

J'ai lu ta chronique (dans le numéro précédent), c'est pas un problème de gravure ou de pressage, c'est un problème des groupes ce qu'ils t'envoient, tu peux écouter le dernier Inner le son il est ultra clean ultra impeccable, la compil' le problème c'est les groupes ils t'envoient des cassettes.. C'est un problème d'enregistrement, on presse à Dephi (orthographe incertaine) donc on fait graver aussi en France aussi, donc généralement y'a pas de problèmes à ce niveau là. Là on a fait l'Inner Terrestrial avec Mass, celui là a été pressé en tcheko, ben le son est ultra bon. Quand a Container Crusties ça a été pressé en tcheko, le son est très bon...

 Je dis ça parce qu'il y avait une autre personne qu'avait certaines chansons qui passaient mal et c'était pas les mêmes que sur mon disque...

La ça c'est un problème de tête de lecture, mais c'est pas un problème de gravure ou de pressage du tout je pense. On presse au même endroit que ceux qui vendent leurs disques à 80 francs, exactement pareil. Après c'est un problème d'enregistrement.

 Ok ben je ferais un erratum (ce qui vient d'être fait)

Sachant qu'un disque ça te revient entre quinze et vingt francs, on les vends trente cinq francs donc on les vend quand même assez cher…

 Pourtant les autres labels ils les vendent à peu prés à cinquante balles plus cher et ils ont du mal à s'en sortir...

Ils ont du mal à s'en sortir ? Quoi mais attend, y'a une différence fondamentale, dans Maloka y'a personne qui vit de Maloka, au contraire on est obligé de travailler de temps en temps. Avec le label et la distro on perd pas de sous c'est sûr, mais nous on cherche pas à en vivre, donc on est pax là pour dégager de la thune, alors que tu prend les labels genre combat rock, Dialectik et tout, Mass, etc ils sont plusieurs à en vivre dessus, donc c'est vrai qu'il faut qu'ils dégagent financièrement une marge assez importante, donc quand ils disent qu'ils arrivent pas à s'en sortir, c'est qu'ils arrivent pas à gagner assez de sous pour eux, moi le but il est pas là, on gagne pas un franc sur les disques pour nous... Niveau thunes on se démerde autrement, on bosse de temps en temps, y'a le RMI.... Mais quand tu pars dans une autre optique, t'as la TVA, t'as un comptable, etc je connais bien le type de combat rock, caps, au bout d'un moment t'as des impôts etc etc t'es exactement une société comme une autre, donc où est l’alternative sois disant punk et autre, ça je sais pas quoi..

 Mais tu distribues quand même les disques de combat rock..

Ah ben moi je respecte le travail.... Chacun sa maniérée de faire, je sais pas si la notre c'est la bonne et la meilleure, on à envie de raire comme ça et je respecte les autres qui ont envie de faire comme ils le sentent. Après combat rock, sur leur liste ils vendent les disques 80/90 balles, nous on les vend 55/60. Tant qu'on peut vendre les disques pas trop cher et que les textes c'est pas trop des conneries, y'a pas de problèmes.

 Mais il y a quand même certains disques que tu dois refuser de distribuer, et pas seulement pour des motifs idéologiques ?

Parce que c'est sur des gros labels qui ont pas besoin de nous pour être distribués, sur des majors, donc ça nous intéresse pas du tout, ou parce qu'ils sont trop chers, tout simplement, et en plus y'en a plein qui ont des textes et des attitudes qui nous intéressent pas, donc on distribue pas, même si on est assez ouverts

 Par exemple ce week end c'est les portes ouvertes aux Tanneries et hier Burning Heads ont joué, ça peut paraître étonnant, au premier abord...

Pourquoi ça serait étonnant ? Parce qu'ils sont sur Epitath Europe ?

Ben oui

Ouais mais.. Premièrement ils sont super potes avec des gens de Maloka depuis longtemps, ensuite on les appelle pour faire un concert, et pour 500 balles ils se déplacent, quand c'est dans un squat. .Ils sont venus hier, c'était la première fois qu'ils venaient ici et ils étaient hyper content d'être venu et ils me disaient en Italie et en Espagne ils jouent que dans des endroits comme ça, et à la rigueur ils préfèrent. Après c'est vrai ils font un groupe, ils en vivent, donc ils sont obligés de jouer dans des grosses salles et autre, mais en France ils aimeraient bien faire les deux, mais en France le problème est que tout est dans une catégorie, t'es sur tel label donc tu va aller dans telle catégorie star etc etc et t'es sur un autre label ah ben c'est anarcho punk donc tu vas jouer dans un squat pourri, tu sais la vision.. Faut tout le temps que ce soit dans chaque catégorie.. Tu vas par exemple en Italie dans les centres sociaux, t'as Fuggazi qui joue puis le lendemain t'as un groupe crust à fond et voila. Et Burning Heads ils sont sur un gros label, ouais mais ils ont une attitude ultra sympa, ils sont prés à venir directement, t'as une embrouille par exemple à Saint Etienne ils voulaient faire un truc antifa, Burning Heads ils ont dit ok, on prend nos instruments on vient en bagnole on prend rien, on joue et puis voila, ça vous fera de la thune pour vos embrouilles avec les fafs. L'attitude est très importante.(il faut aussi ajouter qu’ils ont joué à trois heures du matin, ce qu’ils ne font quasiment jamais –ils l’ont signalé eux même)

 Hier soir y'avais aussi un groupe de rap, est ce que t'as l'intention d'ouvrir la distribution, voire la production à du rap ou à d'autres..

Peut être dans un proportion assez limitée. Par exemple là y’a un collectif Hip Hop de Dijon qu’est venu nous voir pour demander à sortir un vinyle et c’est possible qu’on le sorte avec eux, parce que ils ont des paroles intéressantes…moi par exemple j’aime pas le hip hop, musicalement, en général.. à part assassin ou des trucs comme ça.  Mais si on sortais que ce que j’aime moi musicalement, on sortirait pas grand chose.

 Et donc aussi y’a un projet de faire une Anarcho Punk Fédération (APF)

On travaille toujours dessus, vous remarquerez le trac pour la semaine prochaine y’a marqué APF. Donc on est en train de bosser sur un journal, qu’est quasiment prêt, il faut que je me dégage assez de temps pour le finir, on va essayer de le sortir régulier, sinon pour les tournées et tout on s’est mis en relation avec des gens pour faire tourner des groupes anarchopunk, avec St Etienne, avec Vichy, avec Pari, Nancy et d’autres personnes….Mais c’est un projet. Moi ce qui m’inquiète c’est la dépolitisation de la scène punk rock en France, enfin c’est pas que ça m’inquiète, ça m’attriste même.

Enfin c’est pas  dépolitisation, c’est quelle a jamais été vraiment trop politisé…

Je me rappelle la scène y’a dix ans c’était quand même vachement plus politisé, actuellement… Y’a pas que Chaos en Francs, y’a pas que hard core made in USA et tout ces trucs là etc y’a aussi autre chose et puisque la scène anarchopunk n’a pas de journal, n’a pas vraiment de connexion, elle s’organise pas, y’aura jamais rien en France. Y’a jamais eu grand chose, donc on essaye de faire quelque chose, que les idées passent plus largement, que les gens soient moins isolés dans leur coin, que ça passe par un journal gratuit ou autre, ça je sais pas si ça va marcher, mais j’espère, c’est tout.

 Mais alors c’est quoi l’anarchopunk ?

Ah pour l’instant on a fait deux réunions…

 Non, pas l’APF, l’anarchopunk ?

C’est se sentir proche des idées anarchistes, et donc l’autogestion, par exemple, avoir ses propres lieux, s’autogérer complètement sur ses disques sur la vente des disques et les concerts à bas prix et autre et avoir aussi une démarche punk, c’est à dire dans l’urgence, pas de compromis, on est attiré par la musique punk, c’est pas une doctrine ou autre, c’est plus une façon de faire, de relation avec les gens la gratuité mais aussi avec des idées quoi, c ‘est tout, qui seraient plutôt anarchiste que , on va dire communiste pour les reds skins et autres, mais c’est ouvert largement.

 D’ailleurs est ce qu’il y a pas des fois un peu de tout et de n’importe quoi au niveau idéologique dans l’anarchopunk ?

Oui je suis entièrement d’accord, y’en a qui vont se revendiquer anarchopunks je les dirais plus anarcho- éthylique, pourquoi pas, et y’en a qui seront anarchopunk plus anarcho-sectaires, ils auront complètement oublié le coté punk, mais uniquement « faut être comme ça comme ça » alors que pour moi pas du tout, Maloka pas du tout, on a jamais prêché un mode de vie comme ça comme ça. J’ai déjà vu des chroniques « tiens, anarchopunk, faut être antispeciste, faut être ci faut être ça », c’est vrai qu’anarchopunk on aborde la thème de la libération animale, de l’antisexisme, de plein de choses, mais y’a pas « faut être ça faut être ça faut être ça ».

Mais on a l’impression qu’il y a quelques thèmes qui sont très souvent abordés et d’autres moins souvent…

On peut pas dire qu’il y a pas de problèmes dans la société, le racisme c’est un problème, le sexisme c’est un problème, le capitalisme lui même c’est un problème, y’a quand même des problèmes faut les aborder, c’est pas parce qu’on aborde ces problèmes là qu’on va être bloqués sur ces problèmes là, n’empêche que dans un concert, avec une salle il peut y avoir des problèmes, quand tu gères un lieu comme ça il peut se passer des problèmes, faut pas les cacher. Pour moi un concert punk il est évident que si tu grattes un petit peu au niveau du racisme ou du sexisme,  ou même simplement du respect des différences, tu t’aperçois que c’est pas clair dans la tête de pleins de gens. La surconsommation d’alcool c’est un problème selon moi. Y’a des concerts « On est antifa on est antifa » c’est super, ben n’empêche qu’à trois heures du matin y’a cinquante fafs qu’attaqueraient , ça se passerait comment ? Tout le monde est ultra raide, qu’est ce qu’il se passe ? Faut pas hésiter à se poser des questions, à remettre en cause des choses, y’a pas de dogmes jusqu’à présent dans le punk, y’a pas un habit, une attitude spécifique, et donc faut pas hésiter à se questionner sur pleins de choses. Anarcho punk c’est ça selon moi.

Est ce que vous avez des relations avec des structures militantes hors musicales ?

Bien sur, ben à Dijon moi je fais partie de la CNT c’est hors musical, on a quelques relations avec style la FA, les groupes No Pasaran / SCALP, mais à l’extérieur aussi on a quelques relations avec la caravane sans titre et l’AMP, plus ce qui est anti mondialisation et autre, on a des contacts. Et on a des contacts avec aussi bien des réseaux squats en Espagne et en Italie ou des trucs plus anti OMC en Allemagne ou en Hollande. Y’a pas de barrière à avoir, faut être prêt à travailler avec des gens différents d’un peu partout, et localement et autre… Faut pas bloquer sur une musique. Mais bon l’anarcho punk revendique une place pour tous ceux qui se réclament punk dans le mouvement anarchiste à part entière aussi. Même si on a pas lu Kropotkine et Proudhon et Bakounine. Mais on a lu Crass ! Non, je déconne…

 Faire de la propagande  dans des squats ou des lieux comme ça on peut penser que ça tourne  toujours avec les mêmes personnes, mais par exemple ici aujourd’hui c’est ouvert au public, comment tu penses que c’est perçu par la population, est ce que c’est plus « efficace » de faire ça que de faire des tables de presses le dimanche matin au marché ?

Je pense que les tables de presse c’et bien, mais moi j’en ai ras le bol de faire des tables de presse sur les marchés ou autres. Je pense vraiment qu’il faut mettre les choses en place concrètement que de prêcher tout le temps l’idéologie et autre, et avec les Tanneries, enfin je peux me tromper, mais je pense qu’on est assez bien perçu sur la région, de concert en concert le public est assez différent, et ça se mélange quand même pas mal, aussi bien des gens vieux et tout. Tu vois y’a quinze jours c’était plus crust et autre donc t’avais plus un public punk et autre, hier c’ était plus jeune, aujourd’hui c’est différent, je pense que ça se marrie pas mal, y’a pas de raisons de toute façon, quand tu proposes concrètement des choses au gens, je pense que ça marche pas mal. C’est quand même vraiment le désert en France au niveau des activités, au niveau des actions, de se qu’on propose aux gens, à part les partis communistes et trotskistes qui te proposent la révolution clef en main, t’as des partis un peu anarchistes qui te proposent l’anarchie clef en main…. Tout ça c’es pas mal dépassé . C’est bien ce qu’ils font, qu’ils le fassent, mais franchement ce qui serait super c’est qu’il y ait des lieux un peu ouverts partout en France, que ça se mette en relation, qu’on propose enfin des choses aux gens, que les gens puissent venir faire des choses par eux même un peu partout et que les gens se mélangent. J’ai envie de voir un punk avec une crête et un gros A dans le dos discuter avec une mamie de cinquante ans qui fait son jardin et qui pense que l’autoproduction c’est très bien, et avec des enfant et autres.. On fera jamais changer les choses si on est uniquement nous dans notre coin, donc si on propose pas à tous les gens qui ont envie de changer de société, de vie, qu’ils viennent le faire eux même, on fera jamais rien, on peut toujours aller prêcher par des tracts et des trucs, c’est super, mais à mon avis, ça a des limites, mais totales. Par exemple les anarchistes, ça fait un siècle et demi qu’on fait des choses, je pense que la tactique a pas été super, parce qu’on s’est pas vraiment développés, donc n’hésitons pas à investir tous les terrains.

 Pour en revenir à la musique Punk, cette vision des choses que vous avez elle est quand même assez minoritaire, par exemple à Toulouse tout le monde est à mille lieu de ça, à part quelques individus…

On essaye quoi ? De travailler sur le long terme et sur le local, après c’est vrai qu’elle est pas partagée notre vision par une majorité, mais tant pis, chacun fait ce qu’il a envie je pense, notre vision c’est peut être pas la même, mais on a pas envie de l’imposer à qui que ce soit, on propose, on fait des chose, si y’a des gens qui ont envie de faire des choses avec nous, ils les font. Même à Dijon au début on s ‘est fait insulter, dans les années quatre vingt, quand on a fait Maloka « ouais les végétariens, les sectaires, blahblahblah » par les punks rockers et autres, et en fin de comptes ils se sont aperçus qu’on faisait du punk rock, qu’on était exactement pareils, maintenant ils sont prêts à jouer aux Tanneries, mais c’était pareil avec les anarchistes. Je sais pas ce qu’il se passe à Toulouse, j’ai des contacts avec des gens de Toulouse qui sont pas mal.

 A Toulouse dés qu’il y a un concert qui peut se faire, déjà dans un café c’est plus possible, dans un squat même d’une soirée, c’est quand même systématiquement réprimé.

Par ?

 Ben par le pouvoir politique et les forces de l’ordre, même quand il y a deux cent trois cent personnes dans un squat.

Ici non plus on a pas eu un lieu comme ça du jour au lendemain. Il y a dix ans on a commencé à faire des concerts dans des usines abandonnées, après on a fait dans un ancien fort militaire, après on se faisait expulser, après tu re ouvre un autre truc, t’as cent personnes, t’as deux cent personnes, t’as trois cent personnes, c’est pas aisé.

 Les Tanneries, les pouvoir publics ils voient ça comment ? Vous avez eu un incendie y’a un an.

Ouais

Alors c’était qui ?

Je sais pas. C’était pas la mairie, ça c’est sur. A 99% on voit qui c’est mais tu sais c’est des pauvres types déséquilibrés plus qu’autre chose pour une pauvre embrouille, a mon avis.

Donc rien de politique ?

Je sais pas, c’est pas évident. Y’a eu deux périodes : on a commencé à faire quasiment pendant un an …[interruption à base de petits pots] 

On faisait des concerts dans un bar, bon pendant des années  c’était assez chaud. Dans un fort quasiment pendant un an c’était assez chaud mais ça c’est bien passé, et donc quand on a ouvert ici, pendant sept/huit mois, on a fait que des concerts, généralement le week end on se posait, on faisait des concerts. Au bout d’un moment quand on est venu, c’était muré, donc on a cassé à la masse, on faisait quand même les concerts. Au bout d’un moment on s’est dit « ils vont finir par tout murer détruire, faut qu’il y ait des gens qui habitent » donc y’a eu des gens qui sont venus s’installer et tout. On s’est dit, tactiquement, qu’est ce qu’on va faire ? Est ce qu’on va dire « On est un squat anarchiste punk on veut détruire cette société »… On est pas trop parti la dessus, on est un squat plutôt anar et tout, mais on a un projet culturel, on va essayer de lancer un projet directement, en plus c’était à l’entrée de l’hiver, donc on s’est dit on va utiliser tous les moyens possibles pour rester ici, faut qu’on y reste le plus longtemps possible, et après plus y’aura longtemps qu’on sera ici, pour nous virer ça sera dur, si on a réussi à amener une partie de la population derrière nous. Donc au début, avocat, à fond, qui bossait sur les dossiers pur la mairie, les gens de (impossible à reconnaître, désolé) de Lyon, vraiment supers,  bossaient le coté juridique à fond, sur qu’est ce qu’on peut faire pour toujours retarder l’échéance pour nous expulser. On négocie en permanence avec la mairie mais aussi de l’autre coté en faisant de manifs… Au bout d’un moment, qu’on soit passé en procès et tout, on était expulsables, on avait trois mois pour quitter les lieux, sinon force publique et tout, donc là on a fait des manifs, on était cinq cent, on a pas lâché l’affaire et les élections sont arrivées et ils se sont aperçus qu’il y avait de plus en plus de monde à Dijon derrière les Tanneries, les opération pétitions au centre ville etc y’avait des milliers de signatures, quand ils ont vraiment voulu nous expulser, on a refait des manifs, avec concert au centre ville, y’avait vraiment beaucoup de monde, et donc en période d’élection ils se sont dit « c’est pas bon y’a vraiment de plus en plus de gens la derrière » et donc pendant les élections ils se sont quand même pas mal calmés et là y’a la gauche plurielle qu’est passée, donc.. On attend rien de la gauche plurielle, cela dit ils se sont engagés à ne pas nous faire chier pendant longtemps, en plus coté assez marrant de la chose, l’adjoint à la culture c’est un gars qui venait voir des concerts aux Tanneries, donc il nous aurait dit « on vous expulsent » on aurait dit « bien bien bien ». Ce qui s’est passé pendant les élections, t’as toute la gauche plurielle, le pc, les verts, les groupuscules trotskistes qu’on dit « on soutient les Tanneries, faut un lieu alternatif sur Dijon » donc ils sont un petit peu bloqués maintenant qu’ils ont été élus, après moi je leur fais pas extrêmement confiance, mais les interlocuteurs, ben on verra bien, mais à mon avis ils sont prêt à signer un bail d’occupation précaire sur assez  long terme et à mon avis pour qu’un squat puisse avoir un rôle un petit peu de centre social, de pouvoir s’installer dans une ville, il faut du long terme, donc plus longtemps on restera ici, plus ça sera bien, et à mon avis là on est parti pour rester quand même pas mal de temps, parce que maintenant pour nous expulser, je vois pas comment ils peuvent faire.

[On retourne la cassette]

Vous étiez combien à la base à ouvrir le squat, enfin au tout début ?

Jamais beaucoup. Quand on a ouvert le fort pour faire les concerts y’a une dizaine d’année on était sept huit, pour ouvrir les Tanneries on était quand même vachement plus, bien une vingtaine, maintenant y’a cinq six personnes qui y habitent en permanence pour s’occuper de la gestion et tout on est toujours quinze/ vingt, minimum, en sachant que maintenant y’a quand même pas mal de gens de l’extérieur qui viennent filer un coup de main ou qui viennent carrément organiser des soirées. Il suffit qu’on soit quelques un parce qu’on s’est équipé son et tout donc on prête aux gens, à touts les structures, à ceux qui veulent venir faire des choses, faut quand même qu’on soit là un petit peu et puis voila..

 Mais par exemple à Genève où il y a un nombre impressionnant de squats qui ont pas de problème, on peut pas dire que se soit une ville plutôt heu anarchiste. Est ce que c’est pas une des limite de ce genre d’action , c’est à dire d’être totalement intégré, de pouvoir faire notre truc dans notre coin….?

Notre but c’est pas d’être totalement intégré, le but c’est d’être justement le grain de sable en permanence. Mais après y’a plusieurs possibilités d’action qui ont toujours leurs limites, pour l‘instant je pense qu’avec le squat des Tanneries, les autres squats, le local qu’on a au centre ville (le local libertaire) on a pas atteint les limite de ce qu’on pouvait faire, loin de là. Après je sais pas ce qui pour faire véritablement avancer les choses de manière géniale, pour l’instant  on part la dedans, en plus on se fait plaisir,  en plus ça permet à pas mal de gens de vivre , qu’ils soient de passage ou autre, ça permet à plein de groupes de zique mais aussi autres qui passent nulle part de pouvoir s’exprimer, ça permet à plein de gens de pouvoir faire des choses, ce qui est pas mal. Après sur la ville est ce qu’on a véritablement un poids, je sais pas, après notre but c’est pas d’être intégré comme un peu la caution un peu gauchiste de la municipalité « voyez on laisse faire les jeunes ce qu ‘ils veulent » ça nous intéresse pas du tout. On compte pas abandonner les actions d’occupation, on en a fait une y’a quinze jours, on va pas tout abandonner sous prétexte que maintenant y’a les Tanneries, on va faire notre truc dans notre ghetto, loin de là. N’empêche ça permet de toucher vachement plus de gens ça c’es sûr. Y’a plus de gens qui passent ici et qui voient que les idées libertaires c’est pas que des vieux barbus ou des types avec des crêtes qui boivent des bières. Et en plus ça permet de donner une autre vision du squat et y‘a plein de gens qui sont passés ici, qui sont pas forcement dans Maloka à la base et qui nous écrivent « on à envie d’ouvrir un squat, comment on fait, légalement et autre… ».Le problème ça peut être que tu abandonnes le coté politique du squat et que tu prennes que le coté artistique comme ça à pu se faire dans certains endroits, comme ça a pu se faire à Genève, où y’a pas mal d’endroits qui revendiquent plus du tout le coté politique.

Comme à Toulouse dans un « squat » où avant les élections le candidat du PS allait voir des concerts là bas…

Le parti socialiste est pas venu voir de concerts ici, ça aurait été bien, il se serait bien fait huer, ça aurait été marrant. La réalité locale est différents partout, faut pouvoir s’adapter et quand tu défends un lieu que tu veux faire des choses, y’a pas de dogmes à avoir. Par exemple t’es anarchiste, donc t’es anarchiste et y’a aucun pourparler avec les autorités etc etc moi je sais pas ce qui est bien, faut que chacun voit pour faire les choses le plus sainement possible de manière la plus indépendante possible. Après faut toujours revendiquer une rupture avec la société, évidemment.

De façon pratique, y’a des gens qui viennent dormir ici, vous aider, repartent ?

Régulièrement t’as des gens d’un peu partout qui passent ici, qui dorment ici, qui mangent ici, qui sont ici et qui participent aux travaux de nettoyage et tout . Quasiment en permanence y’a des gans de l’extérieur qui passent ici.

C’est ouvert à tout le monde ?

On va pas dire que c’es ouvert à tout le monde…

 A tous les gens qui sont d’accord avec le projet..

Ouais voilà. Ben évidemment. En plus y’a d’autres lieux qui sont ouverts sur Dijon ou tu peux aller, pour dormir et faire des choses, y’a le local au centre ville.. Tous les gens de n’importe où qui veulent passer, filer un coupe de main, aucun problème, y’aura toujours un coin pour dormir, sauf si.. des fois ça colle pas, on a déjà eu des embrouilles avec des travellers qui nous ont tout dépouillé. Carrément les gens qui venaient ici qu’on connaissait pas du tout on avait quasiment proposé un système où ils nous laissent leur carte d’identité parce qu’on s’était fait tout dépouillé quelquefois, mais 99% du temps ça se passe très très bien, ce qu’il fait qu’il y a quasiment tout le temps des gens de l’extérieur. C’est important et puis ça nous aide bien, parce que le problème aussi c’est que avec les six lieux qui a, plus le réseau AMP (orthographe incertaine), le réseau CNT, le réseau No Pasaran, la distro, les concerts et tout, c’est vrai qu’on est bien occupé, donc quand il y a des gens de l’extérieur qui viennent qui font un truc, c’est super cool. Par exemple les journées portes ouvertes sur deux trois jours, on en fait deux trois fois par an, à chaque fois t’as des gens de l’extérieur qui viennent filer un coup de main pendant une semaine. Quand il y a eu des problèmes pour le feu, y’a des gens qui sont venus de loin pour filer un coup de main, cet été y’a reconstruction de la charpente et apparemment y’a déjà des gens qu’on prévu de venir bosser… Après il y en a souvent d’ici qui bougent pour filer un coup de main ailleurs, qui sont prés à aller bosser ailleurs…

 Sinon un disque, il y a la façon dont il est produit, dont il est distribué, dont il est vendu, ça c’est une chose, c’est tangible, mais après est ce que tu penses qu’avoir des textes très carrés, très explicatifs ça peut être utile ?

Moi j’écoute les deux. Je dois avouer que j’aime bien les groupes qui ont des textes carrés et tout, je pense que c’est nécessaire, mais j’aime bien aussi des groupes genre les Ludwig…

Oui mais est ce que c’est efficace ? Est ce que ça sert vraiment ?

Ca a une efficacité, même si elle est limitée.. Ben je vais prendre mon cas par exemple, moi en lisant pleins de textes, c’est comme ça que je suis passé d’Exploited, Sex Pistols à d’autres trucs, c’est comme ça qu’il y a des sujets qui m’ont intéressés, c’est comme ça que j’ai capté pleins de trucs, mais je pense pas qu’il faille faire que des disques avec des textes ultra carrés, ultra politiques, parce que c’est vrai qu’au bout d’un moment ça se répète souvent…

 Et en France ça fait un peu défaut..

En France y ‘a pas beaucoup de groupes qui développent se coté là..

 Et le niveau des textes n’a jamais atteint la dimension des textes de Crass ou d’autres…

Ou d’Aus Rotten actuellement ou de plein d’autres trucs. Mais pour résumer je pense pas que ça soit la seule façon de faire du punk ou de l’anarcho punk. Les Ludwig m’ont toujours fait bien marré, j’ai toujours bine aimé, et d’autres groupes qui vont avoir des paroles débiles, le coté musical va m’intéresser, si les gens après on une attitude correcte. La preuve aux Tanneries on fait passer des groupes vraiment anarcho punk typiques et des groupes qui chantent des chansons d’amour et qui sont super sympas, une attitude géniale et se démerdent eux même pour leurs disques, qui sont sincères dans ce qu’ils font, ce qui est important .

 Mais comment ça se fait qu’en France y’ait pas vraiment de groupe référence à ce niveau là, ou qu’il y en ait si peu, alors qu’il y a des pays qui sont vraiment à coté où…

Remarque y’a des groupes qui ont des textes intelligents, prend nos amis de Kochise avec Cria Cuervos, les textes sont très intelligents, les livrets sont super bien, et actuellement en France y’a quand même d’autres groupes ? bon, allez, on va faire une liste un peu exhaustive : y’a Ya Basta qui sont super intéressants, Action Directe, La Fraction et d’autres groupes comme Coche Bomba, Fœtus Party, 20 minutes de Chaos, Robotnica,… heu.. j’en oublie très certainement, mais actuellement y’a quand même des groupes avec des labels qui sont quand même assez DIY anarchopunk, puis les textes les livrets, le coté pas cher qui vont jouer dans des endroits assez radicaux, pas que les MJC et les bars, même si c’est pas développé en France, c’est vrai que le coté plus punk rock, chaos etc. a été vachement plus développé, mais peut être que la France a une mentalité plus rock qu’en Italie ou en Angleterre, p’êt’ aussi que le public vit pas la même réalité et n’a pas perçu le punk de la même manière qu’en Angleterre. Tu vas prendre des groupes punk rock en Angleterre qu’on pas spécialement des textes ultra engagés, n’empêche que tu vois qu’ils jouent vachement plus souvent dans des squats, les types vivent une réalité bien différente, c’est à dire ils en chient vraiment, ils viennent pas de milieu bourgeois moyen et autre, le punk c’est quand même plus enraciné. Tu va en Angleterre t’as encore des gens de 40/45 ans qu’on des enfants.. qu’on encore des crêtes, qui sont punks, qui sont pas là parce que ils ont vu un article dans Rock Sound ou dans je sais pas quoi, pareil en Allemagne, ça a quand même une autre histoire. En France y ‘ a quand même une chose fantastique qu’est arrivé, c’est le rock Alternatif, parc qu’actuellement ,le plus de gens qui sont dans l’anarcho punk viennent de là, les paroles des bérus elles ont fait un bien fantastique sur plein plein de gens avec leur démarche. A Dijon, tu vois ceux qui écoutaient du punk rock, les shériffs, les chaos dans les années 80/90, ils sont où maintenant ? Moi j’en connais plein maintenant ils ont un boulot, une femme, un chien, deux gosses, le soir ils sont devant la cheminée, ils lisent Le Bien Public, un journal de merde et voila, ils écoutaient du punk rock pourquoi ? Pour la musique, ils avaient 18/19 ans et c ‘est passé maintenant. Actuellement en Espagne, en Italie, en Angleterre  c’est autre chose. En  France ce qu’on appelé punk pendant pas mal d’année, c’était du rock’n’roll. C’est peut être pour ça qu’il y a pas une culture comme dans d’autres pays. Mais c’est en train de monter un petit peu quand même actuellement…

 Et dans un hors série punk rock de rock Sound, on a pu voir des pages sur certains labels qui fonctionnaient vraiment sur le principe de non profit…

C’est leur problème.

 ..et est ce que Maloka ça serait intéressant pour vous de faire une page dans Rock Sound ?

Franchement je vois pas l’intérêt de faire une page dans Rock Sound dans Maloka. Par exemple dans Rock Sound il a passé notre adresse, liste de distro etc on a eu du courrier  de jeunes : « ah je suis un jeune Rock Soundeurs, j’ai envie de connaître votre liste de distribution »…Je suis vachement partagé sur ces choses là.. Comment on a tous découvert le punk rock au fait ? C’est en allant à la FNAC acheter des disques de Bondage, d’Exploited ou alors en lisant un article sur les clash dans Best ou Rock’n’Folk, quand t’as 16/17 ans c’est super. Après c’est toujours un problème…

 Mais tu refuserais quand même de faire une interview dans Rock Sound ?

Je sais pas. Je refuserais pour une chose : c’est que je voudrais faire une interview, et qu’est ce qu’ils vont en passer de l’interview ? t’as qu’à demander à tous ceux qu’on fait une interview pour Rock Sound, qu’est ce qu’ils ont passée de l‘interview ? Les passages les plus banals, les trucs les plus bateau, c’est ça le problème, après Rock Sound ils me disent : on te donne une page, tu mets ce que tu veux dedans, d’accord ! Mais ça se passe pas comme ça. Après je suis pas là pour dire rock Sound c’est de la merde et tout, ils font ce qu’ils veulent, si il y a des gens qui peuvent arriver au punk par Rock Sound, pourquoi pas ? Je préfère voir Rock Sound que Rock’n’Folk et Best, parc que c’est vrai qu’ils ont parlé de Stonehenge, ils ont parlés de truc qui ont un message ou autre. Le seul problème c’est quand t’as vu les interview de ces groupes à message, qu’est ce qui en ait resté : « vous avez sorti un disque, vous en êtes satisfait ? » Ca on s’en  fout. Enfin bon, si il y a des gens que ça intéresse, pourquoi pas ?

Et vous, vous êtes satisfaits de vos disques ?

Ouais. Non on n’es jamais satisfait enfin pfff Est ce qu’on doit être satisfait des disques ? nous on est pas la pour dire au groupe : « vous devez faire ce disque là », y’a des groupes qui veulent sortir des disques, ok on le sort y’a pas  problèmes, on impose rien au groupe. Généralement je suis content de sortir les disque, après satisfait c’est un bien grand mot. Le problème c’est le son pourrait être meilleur, mais bon voilà..

 Tu disais que tu voulais  un disque par mois, mais est ce qu’il y a suffisamment de groupes d’un coté et suffisamment de public de l’autre ?

Ouais je pense ouais

 Ah ouais ? Et ça peut pas arriver à un problème de saturation : trop de disques..

Ben on sortirais tout le temps les mêmes disques  par exemple.. bon je vais pas citer de label, ils sortent tout le temps le même disque de punk rock avec la même pochette, avec la même crête.. Là j’espère qu’il y aura une saturation au bout d’un moment !! Nous on sort des disque vachement différents. Après y’aura un saturation, on aura du mal à les vendre, on les vendra moins, ben on sortira moins, on sortira des bouquins… On fait des pressages de 1000, 2000, 3000, c’et tout. Franchement, on se bougerait le cul, on les vendrait tous en Allemagne, même pas besoin d’en vendre un en France. Après t’as certains groupes qui marchent super bien et d’autre moins bien… Je pense pas qu’il y a de saturation quand même.

 Les gens ils commandent quoi en général : en fonction des groupes que vous sortez ou parce que c’est Maloka ?

Actuellement, pour distribuer nos disque, c’est super cool qu’on s’appelle Maloka, c’est vachement plus facile

 Ca veut dire quoi Maloka ?

Alors Maloka c’est un mot indien d’Amérique du Nord qui veut dire maison communautaire et qui voulait aussi dire la maison où les femmes pouvaient se rassembler, pouvaient accoucher et autre. C’est un nom qu’on a cherché en 88, c’était un peu à la mode à cette époque là les trucs indiens. On a pas changé de nom, on vois pas l’intérêt.

 

Et voilà c’est fini, on est parti sur autre choses qui ne vous regardent pas.

Maloka, BP 536, 21014 Dijon cedex, un timbre à 4f20 pour recevoir leur liste

ou maloka.distro@free.fr, http://maloka.distro.free.fr

Tanneries, 17 bd de Chicago, 21000 Dijon,

 

[retour au sommaire]


 

*******GRIND DE STAR*******

 Tekken sont chroniqués deux fois dans le numéro deux de Vendetta, trois fois dans le numéro  trois, et trois fois dans ce numéro ! Nonobstant les mauvaises langues qui pourraient nous rétorquer que c’est huit de trop, nous avons courageusement décidé de les laisser envahir encore plus les pages de Vendetta.

 

1) Ce n’est pas un peu difficile de faire du grind ultra technique quand on vient de San Diego ?

Jo/batterie : Yo ! Y’a que moi qui (crois) venir/ viens de San Diego, et d’ailleurs il n’y a que moi qui soit « ultra technique »…

Dav/mic : Rien n’est trop beau, trop dur, trop technique pour nous… et les distances ne nous font pas peur.

Dav/guitare : Hey mec, je crois que tu as oublié la question où il faut présenter le groupe… Putain, les lecteurs vont avoir une interview de Tekken et ne sauront même pas qu’il y a dedans un ex-guitariste de Johnny Halliday, le fils de celui qui a inventé le banjo et un prof de solfège… Tu vois, des personnes pour qui la musique n’a plus vraiment de secret… Quant à San Diego, on ne peut pas vraiment dire qu’on soit de là-bas, on est juste des clandestins mexicains.

OK petite explication, c’est ce qu’il y avait de marqué à coté de leur nom dans une annonce d’un concert.

 2) Bon, trêve de plaisanterie, un petit historique/présentation pour les deux ou trois qui ne vous connaissent pas encore.

Dav/guitare : Merde, ça m’apprendra à ne pas lire l’interview en entier avant de la commencer. Pour ceux qui ne le savent pas encore, Tekken c’est le groupe à la mode découvert à Graine de Stars et qui a gagné l’Eurovision cette année. Pour les mensurations, les goûts, les sports favoris, il faut se reporter aux magazines spécialisés… il y en a toute une flopée…

Dav/mic : Le groupe (même s’il peut paraître difficile pour certains de le considérer comme tel) existe depuis 1999. Au départ on ne voulait faire que des morceaux comme ça, et finalement on nous a obligé à faire des concerts (si vous voulez les responsables ce sont les Hypoptalasias), le premier s’est déroulé en 2000 je pense, et depuis on en a fait 19. Un historique… bon, ben je pense que ça peut aller ce que je t’ai mis, non ? Si tu veux faire plus long, je peux…

Alors on a d’abord enregistré un morceau pour un tribute à Upstairs People… On n’avait jamais écouté l’original, mais on a envoyé un morceau de n’importe quoi enregistré dans la chambre d’Anthony (actuel bassiste, guitariste) avec une formation différente… C’est sorti en cd-r sur un label/ fanzine qui n’existe plus maintenant qui était Brainless… c’était notre premier truc… On a sorti à la suite une démo « we killed Bruce » qui a fait rire les quelques personnes qui ont eu la chance de l’écouter… Après, on a fait une K7 avec Hugaru Pitopo Poptaries Adventures… et c’est là que les choses se sont gâtées… C’était notre première rencontre avec un des membres d’Hypoptalasias… Ils voulaient donc qu’on joue avec eux… Ensuite est sortie la k7 avec Digital Smart Republic… Je crois qu’avant il y avait eu le split avec Tennis Bastard… ? Notre premier concert qui devait être avec Anal Rip et Hypoptalasias a été annulé… donc on était un peu tranquille… On avait pourtant fait (parce que même si on avait sorti des K7 on avait pas de morceaux) 10 titres pour ce concert… La formation était alors la même que celle de maintenant, mais Antho n’était plus là puisqu’il en avait marre qu’on fasse n’importe quoi… Après, on a enfin fait un concert, c’était à Toulouse le 21 avril 2000 avec des groupes grind/ death locaux… C’était assez cool, et donc on a continué… Anthony est revenu avec nous après une répétition chez lui, son premier concert était celui avec With Love à Auch, c’était le 16 août 2000, on avait du faire 4 ou 5 concerts sans lui… Ensuite est sorti une K7 avec Prime Cut (avec un live au son vraiment minable ! hé ! hé ! hé !)… Un autre live mieux (je parle du son là bien entendu) sur une autre K7 appelée « 15 »… Toujours dans les sorties il y a eu notre split 45 avec Headway… une K7 avec Romeo Is Bleeding, une autre avec Kuruma Bakudan et Sickness, des morceaux sur des compils, et le mcd avec Aghast de Tarbes… Enfin, c’est chiant un historique… je vais faire une discographie complète à la fin de l’interview…

 

3) Le fait d’avoir choisi ce nom ne renvoie-t-il pas à l’acceptation d’une sous-culture abêtissante vers laquelle le hardcore et le punk semblent s’engouffrer au même titre que la jeunesse en général ?

Dav/guitare :Euh… Bleu ? J’ai bon ? Non, je déconne, j’ai très bien compris ta question ! (je connais David Pooyol et il écrit tout le temps comme ça lui aussi !) Bon, alors dans une optique philosophico-sociale basée sur la quête néanmoins fastidieuse du savoir, du devenir, de l’essence humaine, dans un contexte multi-médiatique et virtuellement ludique, je dis pourquoi pas. Mais en fait, là n’est pas la vraie signification du nom puisque à part Jo qui a l’une des premières console à cartouche qui soit sortie (il s’est usé les pouces dessus pendant des heures à un moment donné l’enfoiré !) aucun de nous n’a eu la chance de sombrer là dedans. C’est Pooyol qui est à l’origine du nom et je crois que ça n’a pas vraiment d’explication… Mais je reconnais que ta question mériterait bien plus qu’une réponse de quelques lignes…

Dav/mic : Je ne sais pas vraiment si la scène punk et hardcore s’engouffre dans l’acceptation d’une sous-culture abrutissante… j’ai l’impression que le public de ces deux scènes s’élargie, et comme dans tout mouvement il y a, à partir de là, un phénomène de dilution des revendications, des idées qui subsistent parfois tant bien que mal dans ces milieux… La question que l’on peut se poser est simplement si cette sous-culture est réellement si mauvaise que ça… elle convient à la majorité des populations mondiales, elle n’est peut-être pas si terrible… Elle l’est à nos yeux, ou aux yeux de certains, mais détient-on la vérité… ? En fait le truc, c’est que c’est plus souvent la scène punk hardcore qui est considérée comme une « sous-culture »…

Après cette tentative de philosophie digne d’un élève de terminale scientifique (lycéens, sachez que je vous méprise), on peut t’avouer qu’aucun de nous n’a de console (si Jo à une sega des années 50, mais c’est pas l’éclate)… J’ai adoré les jeux vidéos sur cpc 6128, j’en avais un au collège et je pouvais y rester des heures… C’est vrai que maintenant c’est devenu la seule source d’amusement des jeunes de 5 à 35 ans… c’est un peu triste il y a effectivement d’autres choses à faire… Notre choix n’a pas été un renvoi à cette idée… nous ne faisons pas partie de cette catégorie d’accro (bien que si un pote à un PS, je joue avec plaisir !), il y a pourtant un rapport avec les jeux vidéos (mais sans volonté de dénonciation)… Je trouve ça fou que l’autre David ne le sache pas… Faudrait peut-être qu’il fasse plus attention à ce qui se dit des fois… Quelle burne quand même… Bon, alors on a pris Tekken à cause de Doom le groupe anglais… Et tout ceci grâce à Pooyol, qu’on a pas hésité à virer pour pouvoir atteindre la notoriété que tu nous connais (et reconnais)… Donc Doom était devenu un hit des jeux vidéo (auquel je n’ai jamais joué), nous, nous avons fait l’inverse : on prend un hit des jeux vidéo et on en fait un nom de groupe… on reprenait le même logo que Doom au début et voilà…

Pooyol est le seul à aimer Tekken le jeu… L’analyse de la situation était beaucoup plus basique comme tu as pu t’en apercevoir… j’espère que ça ne te déçois pas trop… Mais pour le nom de mon prochain groupe, je penserai à tout ça…

Jo/batterie : Je m’excuse, mais je n’ai pas envie de faire un exposé sur le hardcore/ punk… Je laisse ça au grand master Sechaud (c’est à dire celui qui vient de causer). Sinon, moi je « kiffe » (comme on dit quand on est un jeune branché) les sega master system, super nintendo et game boy (la première version)…

 

4) On a pu lire sous votre nom, sur une affiche de concert « tu les aiderais si tu les tuais » vraiment ? Apprécie-t-on Tekken pour son rafraîchissant mélange de grind et de rock’n roll ou pour l’humour que le groupe véhicule ?

Jo/batterie : Honnêtement, je pense que si certaines personnes aiment Tekken c’est parce qu’ils trouvent cela drôle, mais c’est parfois source de longues discussions ennuyeuses car certains trouvent que c’est pas assez drôle, d’autres pas assez sérieux ! Même entre nous on est pas d’accord sur le sujet ! Moi je trouve qu’on a encore des progrès à faire sur le plan musical mais pour ça il faudrait sans doute qu’on répète plus de 4 fois par an, mais c’est encore une autre histoire…

Dav/guitare : On voit que tu es bien renseigné, tu n’en es pas à ta première interview dis moi ! Si c’est du second degré, c’est clair, il ne reste plus longtemps à vivre à celui qui a écrit ça… Si c’est du premier degré je ne vois peut-être qu’une seule raison à cela. Je fais une émission radio à Toulouse avec un collègue et un jour j’ai fait le résumé d’un concert dans un squatt où le guitariste d’Urban Struggle s’est fait tchourer sa guitare… Le compte rendu a dû être perçu comme négatif alors que pour moi il n’y avait eu que ce problème et je ne pensais aucune critique négative du concert… c’est évidemment au voleur et pas aux organisateurs que je reprochais quelque chose…

Dav/mic : Je ne sais pas comment répondre à cette question… je te dirais franchement qu’on est aimé parce qu’on est bon, brillant et sûrement le groupe le plus rapide du Sud-Ouest, mais tu ne me croirais pas…

Putain qu’il est con ce David ! Il capte rien à rien en ce moment ou quoi ?… Ca n’a rien à voir avec son explication à la con, je vais te dire exactement d’où ça vient… Bon, déjà j’ai l’impression que ta mémoire est un peu oublieuse, vacillante… Il y a eu une affiche où il était écrit « tu les soulagerais si tu les tuais », et une autre où il y avait « rend leur service, tire leur une balle »… Pour la première citation, elle ne me faisait pas peur puisque ce ne sont que les paroles d’une chanson de notre split avec Hugaru Pitopo Potaries Adventures, cette chanson dit en substance « t’es parents souffrent de te voir si con, vas-y passe à l’action. Tu n’as pas le courage de te supprimer, tu les soulagerais si tu les tuais »… Donc sortie de son contexte, la phrase ne veut plus dire la même chose… dans le premier cas c’était un texte de logo, dans le second c’était l’organisateur qui avait écrit ça (hein Toff !?) et c’est vrai que j’avais peur de monter sur scène après le soir même… Comme quoi, tu vois nous avons encore l’exemple des déformations dont peuvent souffrir les groupes à la pointe de la lutte comme le notre… Ensuite ça te prouve que les membres d’un même groupe ne perçoivent pas les choses de la même manière… et qu’il y en a qui réfléchissent un peu plus que d’autres… Sérieux David, arrête de raconter n’importe quoi !

Maintenant, pour répondre à ta question, tu les soulagerais effectivement peut-être si tu les tuais… mais c’est à toi de voir.

Je ne sais pas pourquoi on peut apprécier Tekken… C’est quand même un milieu où les gens ont tendance à oublier qu’ils peuvent aussi faire de la musique pour s’amuser… On est pas à NY (merde, ça le fait plus de se moquer de new-yorkais en ce moment… au fait arrêtez de m’envoyer des mails désespérés du style « unis pour la vie », on dirait un mauvais titre d’un mauvais -pléonasme- groupe de oi!, la compassion via Internet commence à me casser les couilles, ou alors faites le aussi pour Toulouse… New York/ Toulouse même combat !), on peut faire de la musique violente et sourire… Tu me diras nous aussi sur scène on essaye de faire les durs, mais ça ne marche pas… les gens sourient (voire pire : rient) en nous voyant, et c’est quand même plus agréable… On est là pour s’amuser… L’absurdité de ce milieu c’est que ce ne sont pas forcément les meilleurs groupes qui font des choses (on ne répète jamais, on fait quelques fois les morceaux avant d’aller a un concert histoire de voir si on s’en rappelle tous, et c’est tout), mais ceux qui y mettent les formes… C’est idiot, mais c’est comme ça… Je ne déteste pas la musique que l’on peut faire, mais je suis tout a fait conscient que d’autres sont vraiment meilleurs, mais ça ne me dérange pas de leur mettre devant leur petite face l’évidence qu’ils ne savent pas pour autant se bouger pour faire vivre leur truc… Nous faisons donc tout sérieusement, sauf la musique… D’habitude c’est l’inverse pour la plupart des groupes… c’est pas pour ça qu’ils assurent pour autant…

Un ami me dit souvent que notre groupe est second degré, et là par contre je ne suis pas d’accord… Est-ce que nous sommes plus second degré qu’un groupe de bouseux qui fait du hardcore en chantant avec un bras dans le dos et l’air méchant ? pour moi ce sont eux qui sont second degré en singeant des américains qu’ils vénèrent mais chez qui ils n’iront jamais… Est-ce que nous sommes plus second degré qu’un groupe de faux emo du dimanche qui se roulent par terre en hurlant toute la haine de petits privilégiés qu’ils ont contre ce monde où nous « survivons » (strive to survive !) tous… ? Pour moi le second degré est autant chez eux que chez nous… « la musique c’est de la merde » alors autant en faire directement.

 5) Vous avez sortis pas mal de trucs en peu de temps –et il y a des gens qui semblent apprécier, cela ne vous étonne pas un peu ? Tekken ne s’inscrit-il pas, à la base, dans une mouvance de groupes qui font du bruit pour rigoler (ne trouvez-vous pas que pas mal de groupe de grind font n’importe quoi musicalement) ?

Jo/batterie : C’est vrai que je suis parfois surpris de ce que ce groupe suscite (concerts, disques…), après c’est nous (enfin weewee) qui les sort ! Je pense qu’il y a plein de groupes mieux qui ne sortent pas de disques… Alors injustice ou manque d’ingéniosité ? je sais pas ! je serais tenté d’opter pour la seconde possibilité ! Pour finir, ce qu’on fait, on le fait avec le cœur et pour le fun, c’est peut-être ça qui plait ? (c’est beau, non ?) Nous on s’amuse, alors si les gens s’amusent aussi c’est cool, non ?

Dav/guitare : C’est vrai que quand j’apprends que quelqu’un aime ce qu’on fait, je suis le premier surpris… Mais ce n’est pas par rapport à la musique mais plus par rapport au fait que c’est quelque chose dont je fais partie moi-même. Après, c’est vrai qu’on a fait des K7 où c’était vraiment de la merde (de la shit noise ?) mais on a fait aussi des trucs plus « construits ». d’ailleurs Herbert qui nous connaissait que sur K7 où on n’a pas besoin de partition, nous a fait jouer à Vannes et il a été un peu surpris de nous voir aussi « carré » !

Pour les groupes qui font n’importe quoi comme tu dis, je pense que ça fait partie du trip grind, et c’est ça qui est bien ! C’est une « sous-famille »… Du moment que c’est extrême ça a sa place, que ce soit super technique comme Dillinger Escape Plan ou super diy et super à l’arrache comme le mec qui gueule comme un taré sur sa guitare et sa boite à rythme tout seul dans sa chambre. Je me surprends à trouver de l’intérêt dans certains groupes qui sont assez poussés dans cet esprit là… Et puis plus c’est simple et plus tu te sens proche !

Dav/Mic :Merde, j’ai un peu répondu avec la question précédente, non ? Faites un mix des deux et puis ça sera bon… Putain de questions à rallonge où il y a 300 questions dedans… T’es lourd cousin ! Bon, que des gens apprécient Tekken c’est vrai que c’était pas gagné au départ… mais c’est vrai que je ne pense pas qu’on soit foncièrement plus mauvais que beaucoup de groupes de « grind » que j’ai vu (et ce n’est absolument pas un compliment que je nous fais, si vous n’avez jamais écouté cette musique, vous ne pouvez pas savoir à quel point il y a tout et n’importe quoi !) Je ne sais pas si des gens apprécient vraiment Tekken, et je ne sais pas pourquoi, mais je me rends bien compte de « l’importance » que les gens prêtent même dans ce milieu aux « musiciens »… Pourtant, ce sont à mon avis les personnes les moins intéressantes qui constituent cette scène… Les gens qui font des fanzines, qui organisent des concerts sont souvent beaucoup plus impliqués, ou simplement beaucoup plus dans le truc que ceux qui peuvent gratter sur leurs guitares de merde. Les « musiciens » sont là pour jouer, et c’est souvent tout ce qu’ils font… Pour moi, c’est la lie de la scène punk hardcore… Tu prends une importance disproportionnée lorsque tu joues dans un groupe (et je ne parle pas de nous forcément…), alors qu’il ne faut pas forcément chercher là des personnes qui ont des choses à dire…

Après, je ne sais pas si on peut véritablement dire que nous faisons du grind… En tout cas, nous ne sommes pas dans la norme « grind » label déposé que l’on peut retrouver dans le nord de la France où c’est plus chugga-chugga que super speed… De toute façon, pour moi, c’est de la merde, j’aime les trucs qui speedent, pas les gros lourds qui hurlent des insanités aussi énormes que leur manque « d’humour propre ». Sinon, dans le sens où nous ne nous prenons pas la tête et que nos concerts finissent souvent en n’importe quoi ou bouillie musicale, je suis d’accord… Et je suis aussi d’accord avec toi pour dire que ce style englobe le pire comme le meilleur… Disons que le plus gros problème est souvent l’esprit metal (et donc beauf, désolé) que l’on peut trouver dans ce milieu : les délires porno grind où tu entends que des extraits de films de cul, je n’aime pas du tout, ça me fait gerber, les prix toujours assez reuch, ça ne me plait pas non plus… Mais il y a quand même des bons gars quoi… et c’est plus vers ceux là que j’essaye d’aller…

 6) Vous pouvez parler de votre dernier EP ? J’ai écrit à l’adresse qu’il y a dessus et la poste m’a retourné ma lettre !! (rire !)

Dav/guitare : J’ai pas trop envie d’en parler sinon les gens ne vont pas l’acheter ! Non, moi j’en suis content, c’est notre premier truc qu’on a sorti sur support disque et ça fait toujours quelque chose… C’est un peu comme la première fois qu’on saute du plongeoir des 10 mètres à la piscine ! Pour l’adresse, je ne te crois pas ! Des fois je reçois des lettres destinées à David S., alors que moi je suis David B. !

Dav/mic : Putain, encore une fois il a rien capté… Il va falloir que tu réagisses David, arrête la drogue, ou essaye de mémoriser un peu plus les évènements qui arrivent dans ta vie parce que sinon ça va vraiment devenir n’importe quoi… Sache que là, la question n’était pas sur le split avec Headway mais sur le 7’’ sorti sur Freaks records (« Tekken vous interprètent une reprise de leur choix »), t’es vraiment gland quand tu t’y mets…(Celui dont il est question est chroniqué dans ce numéro, l’autre –le split, dans le numéro trois)

Pour l’adresse, tu n’as pas du essayer petit menteur ! de toute façon je pense que ça serait arrivé quelque part puisque c’est l’adresse d’Heartattack… Ils ont fait les plus mauvaises critiques de Tekken (au départ c’est ce qu’on voulait, on sortait les K7 les plus péraves pour voir ce que les gens allaient en dire… et il s’est avéré que les gens étaient de sacrés hypocrites ! hé ! hé ! hé !… sauf Heartattack !), et on leur devait bien cet hommage ! (ça c’est joli ! L’adresse en question est Po box 680, Goleta, CA 93116, seine Saint Denis, USA, alors je croyais innocemment que c’était une adresse bidon –j’avoue c’est vrai je n’ai pas écrit- et effectivement, si on enlève Seine Saint Denis…)

Jo/batterie : Ce n’est pas moi qui ai eu l’idée et je le regrette. Au début on était pas tous d’accord pour le sortir, puis on l’a fait et je crois que ça a fait marrer les gens et c’était le but ! Personne ne l’a mal pris me semble-t-il ?… Et je suis fier de ce disque ! (à part la pochette ! enfin, c’est encore une autre histoire)

Dav/mic : Alors François, vas-tu dévoiler le secret ? Parce que là, je suis sûr que personne n’aura compris !…(nan, vous commandez le skeud –cf chronique– et vous comprendrez)

 

7) Des gens de Tekken font pas mal de trucs à côté (une explication de cette soudaine prolifération ?), on peut savoir qui et quoi ? Est-ce que ça ne renforce pas l’idée que le HC en France c’est juste une poigné de personnes qui font le maximum de choses ?

Dav/guitare : Avec David on fait l’entreprise weewee : zine plus label et donc distro plus marque de fringue… David organise des concerts et fait le label K7 Vendredi 13. Jo fait des newsletter et des minis zines BD qui changent souvent de nom… Et moi, comme je l’ai dit plus haut, je fais une émission de radio grindcore couplée avec la lutte pour la libération animale.

Je ne pense pas qu’en France il y ait une poigné de personnes qui font un max de choses, mais plutôt une poigné de gens qui font plusieurs choses et un bon paquet de gens qui ont une seule activité. Après ça dépend peut-être de la disponibilité, des possibilités qui s’ouvrent… des personnalités… On le voit aux concerts, endroits qui réunissent tout le monde, il y a finalement pas mal de gens qui jouent dans un groupe, font un zine, bougent leur froc quoi. J’ai un avis assez positif sur ce sujet, même si c’est vrai que la « scène » pourrait être plus « puissante » et plus active. La force motrice c’est la passion de la zique, et c’est quelque chose de tellement fort que ça pousse automatiquement les gens à faire avancer les choses.

Dav/mic : La question que je me pose est : est-ce qu’on doit continuer à laisser David dire n’importe quoi ?

Jo/batterie : En ce moment c’est plutôt calme pour nous en dehors de Tekken à part Antho qui fait le joli cœur dans son super groupe d’emopop. Pour les autres il y a des projets qui pourraient avoir leur place dans la secte du hardcore !

En ce qui concerne la deuxième partie de ta question, même si c’est le cas, je ne vois pas le problème ? Vaut peut-être mieux « une poigné de gens » sincères et actifs que trente mille baltringues qui suivent la mode, non ?!!! Après tout, le hardcore c’est une histoire de baltringues, yeah ! Baltringues power !

Dav/mic : Je t’avouerais que je suis un peu énervé là… J’en ai plein le cul que ce soit toujours les mêmes qui aillent placarder des affiches qui sont enlevés le lendemain matin… Mais les gens ne s’en rendent même pas compte… Je veux dire par là que pour certains, tout va bien ! Il n’y a pas de problèmes… Après tout le monde va te dire qu’ils font plein de choses, mais les personnes qui les font vraiment sont rares…

Pour moi, il y a des gens qu’il faudrait « vaporiser » (comme le dit un très célèbre roman) : je n’aime pas ceux qui font des émissions de radios parce qu’ils se croient souvent tout permis (du style ils veulent toujours gratter les entrées des concerts parce qu’ils les ont annoncés à l’antenne, et gratter aussi le maximum de skeuds possible), pour moi, c’est de la merde. J’ai rencontré plus de cons prétentieux dans ce milieu que de gens cools… Je vais pas faire l’inventaire de toutes les activités, mais je pense que le plus dur est de faire un fanzine qui dure un peu dans le temps, et organiser des concerts… Il n’y a pas beaucoup de monde prêt à te donner un coup de main… ou alors il faut vraiment le quémander… Tout le reste, les groupes (surtout ça d’ailleurs), les labels etc., c’est à la portée du premier guignol venu… Malheureusement dans ce milieu aussi les gens ont plus de bouche que de volonté et les choses ne vont jamais très loin pour certains, d’où au final une concentration des activités autour de quelques personnes… C’est vrai que c’est naturel… C’est naturel qu’avec le temps les activités d’une personne au sein de cette « scène » varient ou se diversifient, mais les gens qui se bougent vraiment sont trop rares… à mon avis. C’est sûr que certains font pas mal de vent, mais au final rien ne se passe… Moi, j’en ai un peu plein le cul que les gens se contentent d’aller au concerts et de marchander pour pas payer 30 balles pour voir des groupes qui viennent parfois de loin… Plein de fois je me suis retrouvé aux entrées et je crois que si ça continue je vais les faire avec un lance roquette… Les gars qui peuvent pas payer ils marchandent même pas… Tu les vois compter les pièces de 1F en tentant de faire la somme voulue, tu leur dis de pas galérer et ils veulent quand même donner quelque chose, et puis t’as des connards qui viennent qui ont du fric et qui veulent pas lâcher 30F… C’est de la folie… Je dis 30F, mais c’est pareil si c’est 20 ou 10… J’en ai plein le cul que des mecs piquent des disques aux distros… J’en au plein le cul que des groupes se plaignent de pas jouer… Et je pisse à la raie de tous ces connards.

Ceux qui trouvent que c’est facile et qu’il n’y a pas de problème, c’est qu’ils ne font rien.

 8) Bon, voilà… Ca va durer encore longtemps ce bordel ? Des projets ? A quand une page dans Rocksound ? Mot de fin ! !

Jo/batterie : J’espère/ Fumer une camel light (mes préférées)/ On a déjà eu une bonne chronique !/ Bravo pour le Vendetta spécial BD, il est cool ! Et bon courage pour la suite de tes activités ! Merci !

Dav/guitare : Yes ! Plus de bordel, c’est la règle ! Au niveau des projets une compil ep sur un label italien. Pour la presse, déjà une interview dans ton zine c’est la classe (merci mille fois), Rocksound, on verra quand ils auront changé de nom pour Rocknoise. Je finirai par une petite citation de Victor Hugo (véridique !) : « la musique c’est du bruit qui pense »… à méditer.

Dav/mic : Pas la peine de faire le malin et de rajouter « véridique », tout le monde la connaît ta citation poulet… Allez, comme prévu je te fais péter la discographie complète et allez niquer vos mères :

« we killed bruce » (démo k7, tekken record, 99)

w/ Hugaru Pitopo Poptaries Adventure (k7, V13, 99)

w/ Tennis Bastard (k7, Attack Of The Degoulinous Lombricus, 00)

w/ Digital Smart Republic (k7, V13, 00)

w/ Prime Cut (k7, V13, 01)

w/ Headway (7’’, Paperplanecrash & WeeWee, 01)

« 15 » (k7, V13, 01)

« …vous interprètent une reprise de leur choix » (7’’, Freaks, 01)

w/ Kuruma Bakudan/ Sickness (k7, Peace & Noise, 01)

w/ Romeo Is Bleeding (k7, V13, 01)

w/ Aghast (mcd, Aspidistra & WeeWee, 01)

compils :

« nevermind silmarils just a tribute to Upstairs People » (cd-r, Brainless, 99)

«  grind core free party » (vidéo, V13 & Attack Of The Degoulinous Lombricus, 01)

« recensement d’une musique qui respire » (lp, Potager Nature, 01)

« symbolic degeneration » (cd-r, Symbolic Prod., 01)

 

Tekken | 40 res. Seignan | 09200 Montjoie | France

tekken@mail.scs-internet.fr

www.multimania.com/tekkenishido

[retour au sommaire]


Les BIKINI MEN font partis des groupes surf-punk instrus actuels qui envoient le bois ; terriblement sauvage, brut et urgent. Actuellement , ce sont les seuls représentant français du genre avec les autres énervés du manche Stéf & Arno avec qui ils ont des projets. Entretien par courrier en ce mois d’avril 2000 pour en savoir un peu plus sur ce groupe.

  Alors les Bikini Men, vous en êtes pas à vos premiers pas dans la musique garage ?

En tant que Bikini Men si, mais nous avons déjà jouer dans d’autres formations, The Kaptain Swindler, dans les Trodlers (Mummies influence), The Swindlers (77’punk rock) et les Mighty Kickers (Medway Scène) ; Dr Franck dans les Overdrunk (pop noise) ; et The Watchman dans les Sidewalk Stroll (Loud garage punk). Des groupes pour s’amuser uniquement quoi, sans aucune prétention.

 Est-ce que c’est la même formation que les Swindlers ?

Non, il ne reste que le Kptain Swindler, bien que le Watchman ne soit jamais resté bien loin de ces jeunes puberts ! et que Dr Franck fut un fan des voleurs masqués...

 Depuis quand existent les Bikini Men ?

Nous existons depuis septembre 97, nous ne sommes plus tout jeune maintenant. Mais nous adorons jouer ensemble sans pression. En fait nous évacuons le négatif de notre semaine de travail, en ondes positives pendant nos concerts.

Une partie de vos influences sont surf, quelles sont les autres ?

Ben oui, on aime la SURF music, mais aussi tout ce qui gravite autour, tels que les filles, les voitures et la fête. Nous sommes tout les trois biens différents dans nos influences et nos goûts musicaux. Le Kptain n’écoute que du punk 77, Dr Franck lui n’a pas de limite et moi j’adore les 60’s, le swing ; tu vois c’est peut-être ça qui nous rapproche ( !!).

Quel matériel avez-vous utilisé pour la démo qui fait office d’album ?

Nous avons enregistré 50% des titres sur un 4 tracks par nous-même et les 50 autres dans un studio (en fait une salle de répétition près de Nantes) 16 pistes analogiques pour voir ce que ça faisait. Il en ressort que le studio enlève le côté punk de la chose même si nous sommes contents des titres enregistrés.

Est-ce que ces titres vont sortir sur vinyle et par le biais de quel label ?

Pas pour l’instant, ils sont dispos pour ceux qui les veulent pour des compilations. Nous allons enregistrer une vingtaine de titres prochainement sur 4 tracks. Nous pensons faire un splitt album avec nos potes STEF & ARNO à la rentrée, deux titres sont sortis : un sur une compile Banana Juice, la « Kongpilation » et un autre sur la « Sexadelic Party » de la Roller asso, nous attendons aussi une compilation tribute à la BO du film « American graffiti » où nous chantons ( !?) pour une fois.

Allez-vous faire quelques dates en France, même si vous bossez ?

A vrai dire nous sommes assez fainéants, nous ne cherchons pas trop, nous saisissons les opportunités au coup par coup. Mais le projet de tournée n’est pas exclus.

Sur les photos vous arborez une allure El Santo, est-ce une influence ? Aimez-vous les séries Z et B et les comix qui sont dans le même esprit ?

Ouai, ouai, on adore El Santo/Demon/mille Mascara et puis s’étaient des héros à taille humaine. Nous adorons ce côté Kitch qui fait que … De plus on peut déconner comme on veut dans notre ville personne ne nous reconnaît (on nous prend quand même pour des fous). D’ailleurs une vidéo noir & blanc kitch avec pleins de super-héros, enfin un clip quoi, va sortir !

Si vous avez quelque chose à rajouter ?

N’oubliez pas d’aller visiter notre site www.BIKINI-MEN.net <http://www.BIKINI-MEN.net> et de laisser vos commentaires, il y a plein de choses à gagner ! et puis contactez nous les filles pour des concerts près de chez vous, nous étudierons vos demandes. KEEP ON SURFIN’ 

[retour au sommaire]


 

SIN PATRIA v/a K7 
Encore 'une k7 de soutient à l'ABC, et cette fois ci il s'agit d'une compile de groupes sud américains, avec une vingtaines de groupes de punk, punkhc, trash.. Du connu (revolucion X, IRA) et du moins connu, avec un son typiquement de la bas, donc musicalement ça le fait si vous n'avez pas les oreilles trop sensibles, par contre, la jaquette est désespérément vide, à part un petit texte sur l'ABC, rien sur les groupes (même pas le pays d'origine, ni les textes…), ce qui est fort dommage.

HAINE BRIGADE Compil' K7 Ravachol Tape,
Même formule que la précédente, encore une compli' k7 soutient à l'ABC avec livret léger avec uniquement des infos sur l'ABC, ce qui est normal me direz vous, mais un petit historique, les paroles d'Haine Brigade, ça aurait pas fait de mal. On trouve donc quasiment toutes leurs chansons en une heure et demi de bande (l'album sauf une ou deux, le EP avec les bérus-d'ailleurs le morceau des bérus : makhnovtchina, est dessus, et la demo). Dommage que l'origine des titres ne soit pas indiquée parce que moi sur ma « demo » d'HB j'ai des titres qui ne sont pas sur cette K7 et inversement, enfin bon, vous vous en foutez, les titres s'enchaînent avec grand plaisir (pour les gens qui ne connaissent que l'album, sachez que les autres morceaux sont nettement meilleurs).

URBAN BLIGHT
« Valeurs Fluctuantes » K7 UB production
Très jolie pochette, et même si c'est une photocopie couleur, il est a noter que cette K7 n'est pas une copie mais une manufacturée, ce qui devient assez rare quand même. De plus il y a les mêmes morceaux sur chaque face, ce qui permet de tout écouter à la suite sans avoir à tourner la k7 ou à rembobiner. Niveau zique : boite à rythme, guitare et chant saturé et d'autres choses qui peuvent se rajouter, textes en français, pour un one man band stationné en hollande. La production est bien meilleure que sur ces précédentes prod, même si ça perd des fois un peu en puissance. Autant le dire de suite : pour moi il s'agit du meilleur 'groupe' d'anarcho punk d'expression française en activité, avec une rage contenues aussi bien dans la zique que dans les textes, textes qui sortent des sacro-saints thèmes de l'Apunk, c'est par exemple le seul groupe (le seul gars) que je connais quoi a fait une chanson sur l'Algérie.

PHASE TERMINALE « L'enfer des apparences » CD PHT
La parenté avec Banlieue Rouge a toujours été très présente chez PT, mais avec le temps leur zique s'est étoffée pour devenir un truc très puissant, avec une touche hc que l'on retrouve dans le design du livret. Les textes font aussi penser à BR, avec le même coté 'mystique politique' qui ressort (faute de trouver une expression plus appropriée). Il y a aussi un passage repris d'une chanson d'Evil Skin, c'est détourné of course, mais bien surprenant à la première écoute !! Ce album (leur premier) bénéficie d'une production super puissante, même si ça me gave un peu sur la longueur.

GRINDING IS NOT A CRIME « European Compilation » MnCD Emergence
Jeux de mot (grinding étant aussi un terme de skate) pour ce qui devait être à l'origine un EP est devenue une compil CD avec 6 groupes de grind d'un peu partout (France, Italie, Hollande, Tchéquie….) je ne peux pas trop donner de détail, n'ayant pas vraiment compris qui fait quoi, en tout cas ça fait du bruit, bonne prod et intros de rigueur (bad taste…), CD joliment décoré et pas cher (20f pc).

INTOLERANCE « Nada ha Cambiado » CD Don't Belong / Potencial Hc
Encore un skeud en provenance d'Espagne, cette fois pour du punk hc costaud et énergétique, mais malgré quelques finesses dans les grattes et quelques passages hypnotiques, j'ai trouvé ça assez lourd et gavant sur la longueur, pas le genre de chose à écouter quand on est fatigué.

BODA / ETERNA INOCENCIA « Pourquoi attendre la défaite pour commencer la lutte ? Splt CD Sanjam / Les nains aussi / Small Budget…
Jolie présentation pour un split de punkhc mélodique et politique. Boda sont brestois dans un registre assez hc, et ça le fait bien, même si j'ai du mal avec cette zique. Je préférais quand même leur précédente production (parcequ'il y avait plus de passages hurlés ?). Les autres sont Argentins, la musique est un peu plus punk et le chant toujours chanté, mais en espagnol ça le fait !

ANGELS NEVER ANSWERS
« Hier ist kein warm » Mncd

4 titres qui passent vraiment bien pour ce groupe américain de hard core metal fortement emo mais avec un coté très incisif, du surtout au son des guitares. Violent et très prenant en tout cas. Livret bien dans l'esprit assemblé/collé/colorié à la main.

TECKELS « S/T » EP Les troubadours du Chaos

Nouvel EP pour les cockney parisiens (tête de chien). Trois titres qui sonnent comme deux gouttes d'eau au maxi. C'est très 77 pour le style, basique mais efficace. Dommage que tous les titres soient chantés en anglais, ce qui donne un coté moins humour. Pour ce qui est de la pochette, elle est glacée comme on faisait dans les années 70. L'insert sur une page unique ne contient que des remerciements et une photo du groupe. Pour ceux qui aimaient les Teckels aimeront encore les Teckels.

PLANES MISTAKEN FOR STARS Demo CD
Bon je peux pas dire grand chose de ce groupe à part qu'ils sont américains et qu'ils du hard core mélodique un peu emo tu un peu pop, puisque je ne connaissais absolument pas ce groupe et que je ne sais pas du tout comment se skeud m'est atterri entre les mains !!!

RACHEL « ..Last Songs » EP Stonhenge / Rice Control
Last songs parce que le groupe n'existe plus et que ce sont des enregistrement de 97. On reconnaît bien la musique de Rachel, déjà entendue sur le split CD Peu être / Cather Matha/ rachel, mais contrairement à ce dernier (les trois groupes avaient enregistré dans le même studio avec les mêmes instruments, donc même son) ils sont leur son propre (plus chaleureux diront nous) et un des chants est chant é à la limite du parlé (en français) donc on comprend tout c'est parfait avec un textes tiers mondiste primaire et d'autres qui font que l'emo ne s'appelle pas emo pour rien. Encore un fois réussite total pour stonehenge. Par contre ça a été pressé aux USA, donc dépêchez vous, il en a que quelques copies.

ROMPE LE INCOMUNICATION Compil CD Radio Topo
Donc compile internationale (35 groupes) dont le lien entre tous les groupes (hormis qu'ils fassent tous plus ou moins du punk ou affilié, avec du plus ou moins bon) est que tous les groupes chantent en castillan (en espagnol quoi). Donc pas mal de groupes espagnols et d'Amérique du nord et du sud (Revolucion X sont crédités comme étant un groupe des états unis, auraient ils déménagés du Mexique ?) mais aussi de Finlande (le groupe s'appelle Acabo El Silencio et chante bien en espagnol) et les deux groupes français sont Coche Bomba et Ahorcados. Le livret est inexistant ce qui est vraiment fort dommage mais c'est quand même pas cher (1000 pesetas = 40 balles).

LIFE'S A RIOT s/t EP Les Nains Aussi / Witchunt

Chouette nom de groupe pour ces Finlandais. A l'écoute ça me fait penser à un mélange d'anarcho punk (crass/conflict) et de vieux punk anglais (fin soixante dix) à chant mixte, majoritairement une chanteuse qui assénent des textes revendicatif avec une situation de Durrutti au milieu. Que dire de plus ? Du très bon punk en tout cas.

FLEAS'N'LICE /BOYCOTT Split EP Deadlock rec.
Split hollande/hollande avec Fleas an Lice pondent deux titres dans la lignée de leur album, avec une pochette apparemment tirée du film Barfly sur Bukowsky (histpoire d'asseoir leur réputation d'alcooliques ?) avec une bd assez barrée en guise de livret. Pour Boycott toujours très bon punk hard core rapide à double chant, à noter ici une production qui me semble nettement supérieure à leurs précédentes.


LUDWIG VON 88 « LA REVOLUTION N'EST PAS UN DINER DE GALA » CD 3C,
Les jardiniers du futur, Crash, Pias (???)
Voilà enfin le dernier skeud de se groupe qui allie longévité, reconnaissance et qualité. Même si il y a pas mal de trucs dans cet album autour de la révolution (ambiance maoïsme mystique pour le livret), il y a aussi une chanson sur les punks, sur un guerrier nordique, sur des moutons patriotes…. J'avais un peu d'appréhension avant de l'écouter, genre « encore et toujours la même soupe depuis 15 ans ça risque fort de gaver », que nenni, ce disque est tout simplement parfait (dans le genre), production nickel et on a l'impression que chaque chanson aurait pu venir d'un album précédent (délire chevaleresque à la houlala II, bourinnage à la Sprint…) et ça se termine par une chanson d'un quart d'heure sur un mec qui prend un petri, un truc hallucinant.

STAND UP « Da new French Hardcore Generation »

Compil de groupes français de old school comme son nom l'indique, fournie avec le zine du même nom. C'est un vrai CD et pas un grav é et dans le zine il y a un livret à découper youself, donc du bon boulot. Après en 20 titres une bonne partie de la scène hard core vieille école française (même si certains passeraient quasi inaperçus sur une compile de death) avec quelques inédits : Rigth for Life, Romeo Is Bleeding, Inside Conflict, Unsafe, Murder One… Du son, de la lecture pour pas cher, c'est cool.

PARIS VIOLENCE « l'Age de Glace » LP fraktion Provisoire
Second album (temps de crise n'est pas un album, c'est une compil' des demos) et il sort en LP, ce qui est très bien, d'abord parce que c'est plus joli, et puis après un album CD qui a l'air d'avoir bien marché, c'est quand même une preuve de non-attitude de rock star, non ? (parce que ça ce vendra à coup sur moins que si ça avait été pressé en CD). Sinon, pareil que l'album d'avant, à ceci prés que la prod est bien meilleure (enregistré par spirou), le son aussi (effet vinyle ? ) et les compos beaucoup plus travaillées (y'a plein de synthé). Du très bon (les deux chansons politiques étant à mon goût les meilleures, une sur l'enferment psychiatrique -la chanson anti stal de service ? Et une sur les émeutes parisiennes du XIXº ) et quand même du mois bon ( « dur d'être un ange » aurait tout à fait sa place sur chéri FM) et le reste égal à lui même. On est tés très loin de « Waffen SS » ou « Réveil dans les ordures » et o peut regretter l'énergie des débuts, mais ceux qui ont aimé le précédent se jetteront sur celui là (et ceux qui ont pas de platine vinyle en achèteront une).

GRACIAS A DIOS « Sin Banderas » CD La Idea
Au début je croyais que Sin Banderas (sans drapeau) était le nom du groupe, ce qui aurait permit de faire un jeu de mot (après les dis-bands, les sin-bandas ? Ahahah), mais non. Donc énorme livret qui fleure bon la révolution espagnole avec A Las Barricadas en intro pour de l'anarcho punk simple et efficace soutenu par une rythmique en acier, et des passages plus musicaux, dont un qui rappelle furieusement Kortatu. Donc comme d'hab bien bon pas cher, même si le chant prend un peu la tête sur la fin.


SOZIEDAD ALKOHOLIKA
« Polvo En Los Ojos » Video Clip Mil a Gritos

Cette vidéo ne contient qu'un unique clip de 4 minutes, et je sais pas à combien ils le vendent puisqu'on me l'a filé (quand j'ai acheté leur album qu 'ils vendent quand même à 80 balles). Donc les gars jouent dans des ruines (on voit leurs races la moitié du machin : pas mal de pose) et y'a des appareils bizarres genre police du futur puis des espèces de Robocops arrivent et les cernent). Niveau technique, c'est nickel, la zique c'est une chanson de l'album (donc plutôt bof par rapport à ce qu'ils faisaient avant), après je sais pas si ça passe à la télé là bas, mais ici ça pourrait passer sur M6 sans problème. Même si je sais pas ce qu'ils racontent, ce n'est plus du tout un groupe underground.

POSSESSION
Anoxia CD Don't Belong

Arrghhh enfin un groupe de black metal sur un label anarcho punk !! Depuis le temps que j'en rêvais!! En Fait de Black, c'est plutôt un subtil (enfin subtil…) mélange de black et de hard core metal, avec superbe digipack bien dans l'esprit (sobre et sombre), intro et outro symphoniques de rigueur, textes concernés et sociaux en espagnol, et nom à la limite de la parodie (remember possessed ?). Et musicalement ça déboîte, tous les bons vieux plans metal avec la puissance du hard core mais un son légèrement crade et une basse à la limite de la saturation (volonté des zicos qui se sont occupés du son eux mêmes) et un chant qui braille tout ça. Et sur scène ça arrache tout (c'est d'ailleurs leur premier disque -avec leur demo que Don't Belong a réédité en CD, ils se sont surtout fait connaître par la violence (musicale) de leurs prestations scéniques). Peut être une interview dans le prochain Vendetta.

Compilation Antifasciste autonome
Compil Cdr La monseigneur
Ce CD est en fait fournit avec le numéro 14 du zine la monseigneur (cf chroniques zines), qui fait plutôt penser ce coupe ci à un livret bien soigné pour ce disque. Donc en soutient à des gens qui ont eu des problèmes avec des feufas qui infiltrent le milieu techno, donc ça commence avec de la zique électronique (Les oreilles de la sourie, atari teenage riot..), et aussi du punk ( Malaka avec un excellent titre live, Ya Basta...) du ska (western spécial), du Rap (je ne peux pas dire le nom parce que la numérotation des plages sur le livret ne correspond pas, en tout cas très bon titre anti sexiste et un autre truc complètement barré) et aussi des choses bien étrange : Violon Profond (un chanteur et un violoncelliste habillées en costard qui reprennent en français des standards du hard rock !!), Kraal (mélange de passages de metal symphonique et de hard core violent avec chanteuse, ça tue !!)…. En tout 17 groupes. Donc une très bonne compile très variée, livret (enfin le zine ) super intéressant, pour un bonne cause et en plus c'est prix libre : bref, c'est parfait !!

TOKSIKO 5 compil CD Toksiko
Cette compil est la aussi fournie avec le zine du même nom, qui est imprimé, et la le cd n'est pas gravé, mais manufacturé avec un superbe dessin en couleur pour la jacquette et tout ça pour 20 balles, comment ils font ces espagnols ??? Tout simplement 29 titres de punk, punkhc et autres (même un groupe de death !!) dont aucun n'est à jeter, avec des choses connues comme Lucha De Classes, Puagh, Possesion, Pequena Oruga Mecanica, Electrotiendes (anarcho punk avec batteuse/chanteuse).. Et d'autres non mais tout aussi bon. Bref, même si vous parlez pas espagnol, ça vaut le coup rien que pour le CD !!


RUIDOACTIVO « Carcel De libertad » CD/LP La Idea

Livret couleur typique du label des gens de Sin Dios pour ce groupe espagnol. Il s'agit bien sur d'anarcho-punk, mais le fait est que l'originalité ici constitue en des partie de guitares bien techniques, pas de solo mais tout le temps à fond, imaginez si Coroner avait fait du punk. bon j'exagère peut être un peu. Après le techno trash, le techno punk ? (techno à prendre au sens de technique). Mais ça reste rageur et pas du tout prise de tête. Une outro bien surprenante.

KURUMA BAKUDAN / TEKKEN / SICKNESS Split Tape Peace and Noise
On en a en stock pour 30f pc, ça peut sembler un peu cher mais c'est pour rembourser un duplicateur de cassette professionnel (qui a déjà été acheté) et qui pourra être utilisé par les gens qui en ont besoin (sur l région Toulousaine) donc une très bonne idée en vue de promouvoir les initiatives du coin. Jolie pochette assemblée à la main et pour la zique il y a une face (soit une demi heure) de KB, groupe barré de crust à deux basses composé d'anciens Coche Bomba, les morceaux étant entrecoupés d'extraits d'infos, et sur l'autre face un quart d'heure de Sickness en live (gros crust qui tache) et un quart d'heure de Tekken (est il possible de faire un fanzine sans écrire ce nom au moins une fois ?). Dans l'ensemble ça reste très écoutable pour le bruit que ça fait.

ZABRISKIE POINT « Videomachine »Video Dialektik
Une heure de concert des zabs (le dernier ?) bien filmé avec son bof, malheureusement entrecoupé de passages ou on voit le groupes genre « je suis un rocker j'ai bien picolé et je raconte ma vie super intéressante à la caméra » avec le chanteur qui alterne mépris de rock star désabusée et réflexions pseudo intellectuelles dont la bêtise n'a d'égale que la prétention. Y'a un quart d'heure d'autre trucs après, mais je suis pas arrivé jusqu'au bout tellement mon envie d'exploser ma télé allait grandissante.

TAGADA JONES « Manipulé » CD Enragés
Nouvel album et sans surprise : punkhc au taquet, son énormes (par le gars qui fait celui de Lofofora il me semble), double chant, quelques passages avec samples qui les rapprochent de trucs genre Sepultura nouvelle époque (bien que je m'attendais à ce qu'ils soient plus nombreux, mais c'est très bien comme ça) et et et des textes soignés et toujours enragés (héhé) ce qui ne gâte rien. Ca prend peut être un peu la tête sur la longueur, mais cet album risque de les consacrer parmis un public plus large, sans défection de leur part. Je ne sais pas si il existe en LP, mais la pochette doit tuer en grande taille.


MOVE YOUR HEAD AND MOVE YOUR BODY
V/A Peanut Butter

Bon cette compile commence bien et fini bien puisque c'est à chaque fois avec Urban Bligth, ensuite on a (deux morceaux en moyenne par groupe) Phase Terminale (de l'album), Violentopaloff (du EP), Mozerhate (crust avec un topaloff dedans), Red Piles (boby lapointe fait du punk), The Gerbs (punk rock), et Zero Tolerance qui me rappelle furieusement un vieux groupe anglais mais je n'arrive pas à mettre de nom dessus + un truc de ska tout chelou. Bon, tout ça c'est très bien (et pas très cher), mais hormis une photocopie couleur pour la jaquette, il n'y rien, ni contact, ni paroles, rien, alors dans ces conditions , l'aspect DIY n'apparaît pas vraiment sous son meilleur jour.

INNER TERRESTRIAL « Enter the Dragon » 10'' Maloka/Deviance

Ce groupe semble être le nouvel engouement de la scène anrchopunk, et c'est fort justifié. Deux titres présents sur le live (ici en studio) et deux inédits, toujours dans la même veine ska/dub/reggae/punk avec une production beaucoup plus puissante que leur premier album. Ces gens là jouent très bien, que se soit sur disque ou en concert., un groupe qui devrait faire l'unanimité auprès de personnes d'horizons musicaux divers.

ACRIMONIE / CLOUDBURST Split 10'' Exutoire

Superbe pochette pour ces deux groupes bordelais. Acrimonie m'avait mis une grosse claque les deux fois où je les ais vus, et le studio ne les faiblit pas, emogrindmetal (on prend le meilleur d'un peu tout, certains passages pourraient rappeller la puissance d'Impaled Nazarene -ahahah) à deux chants hurlés avec textes en français excellents et passages hypnotiques avec chant mélodique. Cloudburst officie dans un registre plus hc avec des plans très metal et une variété qui vient de l'ajout de passages électroniques.

IN TYRANOS Compil K7
Livret format A5 fournit dans une pochette peinte à la main pour une compile d'origine allemande en soutient à un insoumi apparemment. Pas mal de groupe allemand donc, mais aussi d'autres, par exemple Alcatraz ou Submission Hold ou Dir Yassin, donc compil plutôt emo/crust, une vingtaine de groupes qui s'enchaînent agréablement pendant une heure et demi, avec de la musique électronique à la fin de chaque face.

J'AURAIS VOULU « Au dedans de toi » CD Limolife / troma Social
Excellent premier album pour les J'aurais Voulu. Les textes sont toujours pessimistes mais très poétiques, avec parfois une touche d'espoir, et renouvellent des thèmes pourtant vus 100 fois. Par contre niveau musique c'est certes bien rageur et bien carré mais à mon avis les chansons se ressemblent un peu. Mais si vous avez aimé leur EP, n'hésitez pas !


TEKKEN EP Freaks
Voilà un disque difficile à chroniquer !! On pourrait effectivement chroniquer ce qu'il y a sur le disque de façon naïve comme ça a été fait (la face A s'intitule « Tekken vous interprètent une reprise de leur choix »), ou alors vendre la mèche, mais le mieux c'est que si vous aimez les plaisanteries, c'est une bonne blague qui vous coûtera 10 balles (5 pour l'objet, 5 pour le port), on en a quelques un.

AUTONOMY NOT SUBMISSION compil' CD Pariah Rules
Bon niveau zique ça commence par trois titres d'Heyoka (tirés de l'album), trois titres d'Attenta sonore (tiré d'une demo+EP), Malaka, Human Spark…. Donc si vous ne connaissez pas dejka ces groupes, c'est chouette. Par contre il s'agit d'un CD gravé, avec une photocopie pour la jacquette, un livret devrait l'accompagner, mais il n'esxiste pas encore….. Donc je veux bien que se soirt en soutint à Maloka, mais je trouve que 55f pc c'est un peu cher pour un CDR et une photocopie…

ROBOTNICKA / DIVIDE+CONQUER
Split LP Maloka/Zorlac/Trafic Violation

D+C continue leur punk hc qui pourrait sembler mélodique de prime abord, mais au son bine sale et avec des plans bien barré en fait. Robot. Font un punk rock emo assez tranquille avec un chant féminin auquel j'ai d'abord eu du mal à me faire (chanté), mais en fait c'est un groupe qu'on apprécie pleinement au calme. Pas mal de textes sur la femme donc.

SICKNESS EP Murder / Absolut
Première production pour ce groupe issu de la capitale française du crust (Auch) et qui tourne pas mal en ce moment. Pochette discliché avec bon rendu en noir et blanc
pour un crust simple et direct, un chant grave et un chant aigu. Dans le genre rien à dire, c'est carré et le son est nickel. Textes en anglais et français eux aussi simples et directs.

BOLCHOI Demo CD 30 balles à Barricata
Voici enfin la demo de ces reds Toulousains dont on entend pas mal parler ces derniers temps (le fait que sieur Nono le hool's y officie n'y est certainement pas étranger). Bon ça reste une demo donc c'est loin d'être parfait mais c'est vraiment , le chant mixte assure (le masculin fait dés fois penser à Camera Silens, d'ailleurs le son pas top nickel rappelle le bon vieux son d'époque) pêchu et intéressant avec une mention spéciale pour Abi, j'ai rarement entendu une voix féminine aussi destroy. Un groupe à suivre, même si je ne n'apprécie absolument pas l' 'humour' du nom du groupe (a moins qu'il ne s'agisse d'amateurs d'architecture petersbourgeoise..)

SAWN OFF « The Album » MaxiLp MacGyver

Bien «étrange pochette pour ce groupe de trashcore anglais. 26 titres en moins d'une demi heure mais sans être un déluge de décibels tout à bloc et double chant pour une musique qui peut parfis faire penser à Coche Bomba, et des textes sur la police, la religion, l'armée tournés d'une façon dis-simple. Ils reprennent Breaking The Law à la fin.

FLEAS'N'LICE « Recipes For Catastrophies » LP Skuld
Sous un dessin de pochette très réussi (clin d'œil à Tankard ?) arrive l'album de ces fameux drunk punks hollandais. Donc punk rapide (tirant légèrement crust) à deux chants, avec quand même des textes sur la picole et le reste sur la bouffe, l'environnement….
La production est nettement meilleure qu'avant, mais le son reste quand même un peu étouffé, ce qui ve très bien avec leur zique.

AUS ROTTEN « The Rotten Agenda » LP/CD Skuld

Le troisième (et apparemment dernier) album de ces fameux anarcho punks américains ne déroge pas à la règle : livret/poster (des pénis crucifiés, gleurp, entouré d'une sentence anti sexiste) et un poster. Niveau zique, toujours la même formule qui gagne en puissance : rythmique faite pour soutenir un siège, guitare incisive et un chant qui asséne de long textes travaillés, monotonie rompue par quelques breaks bienvenus et des passages avec chanteuse. Les amateurs ne seront pas dépaysés et n'auront qu'à pleurer sur ce disque.

FESTIVAL DES RESISTANCES ET DES ALTERNATIVES
  Vidéo NRV

Ca c'est du documentaire ! Donc une vidéo d'une heure sur un ensemble d'actions qui ont eu lieu en France en Mars, dont pas mal filmées à Saint Etienne, pays des NRV. C'est un mélange de séquence de deux à cinq minutes sur des manifs, des débats, des extraits de concerts (tout style : punk,hc, chanson, techno..), des soirées films, occupations, costes…. entrecoupées de pas mal d'interview, avec jaquette dépliante présentant la trentaine d'intervenant présents sur la vidéo.

FROM ASHES RISE « Silence » MaxiLP Skuld
Hard core metal tirant crust pour ces américain, une musique qui semblent lente malgré que les musiciens jouent assez vite (un peu comme le doom -pas le groupe, ok ?). Donc chant lent et grave à la limite de l'asphyxie, le tout ponctué de passages plus rapides (plus hc)., avec des fois un autre chant pour épauler. Tout ceci passe très bien.


JUDOBOY s/t CD Antithesis/Hanabi/Nihilove
Ca semble la nouvelle tendance dans le hc de prendre pour nom de groupe des références jeux video/ vieux dessins animés (judoboy c'est le gars qui enfile un kimono en sautant en l'air et qui se trimballe avec l'œil de son père dans la poche). Y'a des Waiting For Better Day dedans, mais ça n'y ressemble pas vraiment, plutôt du hard core à l'allemande (me souffle t ton), hc metal puissant rapide avec des purs plans à la guitare, des passages violents qui dévastent tout et d'autres totalement hypnotiques (le chant est d'ailleurs parfois de trop). Le son est nickel, la production bien puissante, c'est nickel.

GOTHIC « Deathcographie 1991 2001 » CD Mafia Underground

Un sticker très rigolo sur la pochette parodiant les avertissements pour les textes extrêmes : « Warning don't take any drugs with this music ». En effet voilà la compilation d'un terrible groupe de brutal death parisien. Musique et production surpuissante (comment peut on faire autant de bruit à trois?) pour des titres variés allant du grind épileptique et psychopatique à des passages plus 'symphoniques' en passant par du death technique et brutal, variations qui ne sont réussies que grâce à l'incroyable maîtrise des musiciens. Un titre de tech core et les derniers titres (les plus anciens ?) semblent avoir été enregistrés au fin fond d'une forêt norvégienne. Et puis j'adore le mélange : aucun rapport entre la zique, le nom du groupe, le nom du label (la mafia underground, géré par eux) et la seule photo d'eux que j'aie vue (à part dans ce livret) ils avaient une cagoule !

SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION s/t CD Bones Brigade
Le CD est fournit sous un emballage en carton, très soigné, et la pochette est une réussite dans le genre, Cradle Of filth sont enfoncés ! Pas de textes dans le livret, juste les photos des musiciens et de nombreux morceaux d'anatomie (foie, , œil, cerveau…), donc vous l'aurez compris, ni plus ni moins que du carcass, en quatre fois plus rapide avec une production parfaite. Cet album souffre juste d'une linéarité qui le rend difficile à écouter en entier.

VOICES OF BELLEVILLE
« East Side » EP Décadents et Corrompus Skin Heads

Voilà un bon petit EP de oi! Française basique, ce qui n'est déjà pas mal en soit, parce qu'il semble quand même sortir moins de disques neuski que de crust par exemple. Tempo assez lent et musique puissante servie par un chant agréable, avec des parole qui n'ont absolument rien d'original (les skins, le travail, les skins, les hooligans.. Tiens, y 'a pas de morceau sur la bière ?), mais je me demande -surtout après avoir lu leur interview dans baricatta, si il ne faut pas voir un soupçon d'ironie la dessous ?

PUAGH « Diaro De Una Democracia » CD Potencial hc

Présentation originale avec des spirales pour ce groupe anarcho punk espagnol. Textes traduits en français. Musicalement, c'est rapide, c'est bien joué, c'est varié, chant typiquement espagnol. Leur précédent album était déjà très bon, celui ci est parfait. Que dire sinon que c'est le meilleur disque ramené d 'Espagne.

LOS MUERTOS DE CRISTO
« Los Pobrez No Tienen Patria » Double CD Potencial Hard core
Deux CD pou ce vieux groupe anarchiste espagnol : un qui reprend des morceaux apparemment inédits de leur carrière de 1989 à 1999 (oui, c'est pas une sortie super récente) et l'autre c'est un nouvel album (si j'ai bien compris) donc rock punk avec des instruments divers qui viennent s'ajouter et chant propre aux groupes espagnols. Comme d'hab' pour potencial hc, énorme livret avec historique du groupe et pas mal de photos couleur + une plage CD rom avec un dessin animé de propagande.

SOZIEDAD ALKOHOLIKA
« Polvio En Los Ojos » CD Mil a gritos
Je ne savais pas ce qu'étais devenu ce groupe après leurs trois premiers album et leur vidéo dans une Gaztaxe, mais leur prestation scénique montre que ce groupe n'est plus « underground » (et le chanteur s'est coupé les cheveux). Donc un espèce de hc à gros son dont les pré adolescents raffolent, avec toujours le même chant en basque, mais où est passé la double grosse caisse ? Donc plutôt bof, même si certains passages s'écoutent.

BELLI COSI « Torino rock'n'roll starz » CD Rural Musik
En fait c'est dix labels dont rural qui s'associent pour sortir ça. Je ne sais pas si ce groupe de Turin est connu en Italie, en tout cas ça fait prêt de dix ans qu'ils existent. Chouette Jacquette dépliante, et en plus des 11 titres, une chanson fantôme, en fait un morceau passé en accéléré et en ralenti, c'est rigolo ! Il y a aussi une plage CD rom avec rien de moins que leurs deux premiers EP en MP3, une vidéo, des tonnes de photos et leur site Internet ! Voilà un Cd bien rempli. Coté zique, c'est du punk frai et varié, avec des passages hc mélodique ou d'autres tirant crust… Très agréable tout ça, et le chant en italien, ça le fait !

ANTIDOTE « Go Pogo » 10'' dirty Face

Ils nous reviennent avec ce 10''. De suite je remarque la meilleure qualité du son. Les titres sont moins street punk que leur album et sonnent à mon goût plus punk core, mais le changement n'est pas flag. Pour ceux qui ne connaissent pas, le son se rapproche de ce que font les Casualties avec un chant plus grave. 10 titres qui défilent vites et qui se laissent agréablement écouter. La pochette est bien cool et l'insert est de six pages avec texte et photos de la tournée, avec zero tolerance et Casualties. Une bonne production pour ces hollandais.


MOTHRA / DISHRUIN k7 vendredi 13
Pour Mothra un quart d'heure de crust/grind avec des passages tres intéressants (certains pourraient rappeler Pleum), dommage que le son soit pas vraiment à la hauteur, et un quart d'heure de crust/black/bruit pour Dishruin, avec des passages totalement bruitistes avec hurlement à la abrubtum/Sadistik Execution

ÖPSTAND « Dead » k7 vendredi 13
Le dernier concert d'öpstand (en décembre 1998), les amateurs seront comblés, ça va vite et ça hurle, le son est à la hauteur (de toute façon pour cette zique y'a pas besoin d'en demander trop)

ROMEO IS BLEEDING / TEKKEN k7 vendredi 13

Quatre titres enregistrés lors d'un concert à Toulouse le 21 10 00 pour RIB, son très cru, c'est tout bizarre, ça foisonne pas comme en studio, c'est rigolo ! Quand à tekken, on a le résultat de leur détournement de ce même concert (ils étaient pas prévus et sont montés sur scène entre deux groupes avec des bas sur la gueule et ont obligés les malheureux spectateurs à subir leur set grind'n'rollant. Heureusement le reste du concert s'est déroulé normalement et aucune victime n'est à déplorer).

URBAN STRUGGLE / LOS SUPPOZITOS K7 vendredi 13
Crust/grind rapide assez métallisé avec passages plus hypnotiques en live pour Urban struggle, son bien écoutable.
Total grind à fond as fuck pour Los suppozitos, avec des titres allant de quelques secondes à plusieurs secondes avec des passages plus mélodiques (???)

KID TENIA 13 / EUROPEAN MANHOOD K7 Vendredi 13

KT13, c'est un quart d'heure de montage de sources sonores diverses par cool jo : rigolo ais assez difficile à écouter ! European Manhood, c'est de la musique électronique avec quelques samples, qu'est ce que vous voulez que je dise moi ?

JE / KUKOZU K7 vendredi 13

Je, c'est des montages qui passent très bien : musique indienne, metal, électronique (hé! Je suis sur qu'il y a un truc pris au deuxième album de Stille Volk). Tout à fait plaisant et digeste. Kukozu, c'est techno/grind as fun c'est chouette et pas trop lourdingue.

AGHAST<\a> / TEKKEN SplitMnCD WeeWee / Aspidistra
Dessin de Lars henkel tiré d'Emograph (la presse à grumeaux) pour la pochette. Hard core emo metal pour les Tarbais d'Agasht, deux titres qui passent comme du petit lait, rien à dire. Et je sais pas combien de titres pou Tekken, grind fourre tout au son clair, vieux plans heavy/trash alternant grosse bouillie aux guitares et hurlements quasi constant. Il y a une reprise (massacrée bien sur et en live) à la fin mais je n'arrive pas à l'identifier, merde alors….Pour les gens qui ont passé l'année en Australie et qui donc ne connaîtrait pas Tekken (car sinon comment est ce possible ?), ce skeud est le meilleur pour découvrir, je pense (surtout parce que y'a les très bon titres d'Agasht de toute façon.)

WEDA « World Is What We Do.. » demoCDgravé
Alors moi j'aime bien le dessin de la couverture et je trouve que ça va bien avec le titre. Sinon six titres de hard core un brin emo et pas mal metal. Je ne sais pas si c'est voulu ou si c'est dû aux conditions d'enregistrement, mais le son est très épuré et j'ai beaucoup apprécié, ça donne un coté brut qui manque parfois.

BLOCKHEAD « From Womb To Genocise » CD bones Brigade

Ce CD (jolie pochette une fois de plus) regroupe les deux premiers albums de ce groupe français : Watch Out (le plus récent) : grind death de la mort, production terrible avec des passages « chantés » et Last Tribe (plus vieux), production moins précise qui accentue le coté death metalleux des bois.

TOLTSHOCK « few toltshock more » 10'' Coquenais
Pour ceux qui connaissent leur 45t, là c'est pareil : trois titres en anglais, trois en français, oi! Rapide ey rageuse avec chant accrocheur (enfin moi ça m'accroche plus quand c'est en français..). En anglais ça peut faire penser à the Oppressed et en français textes (évidement) de base sur les flics, le travail, la skinitude….

URBAN STRUGGLE « No chance » Cddémo
Mmmh pochette agréable. Grind médical et pathologique ? Non non, crust/grind à deux chants fortement teinté de hard core. Bon son, très dansant tout ça. 66 titres : 5 avec de la musique dessus, 60 avec rien et un dernier tout au fond.

POLICE SHIT « Noch fragen ? » EP Scllemihl rec.
Je ne sais pas de quand ça date exactement, donc je chronique. Pour les punks et skins qui aiment les rythmes lourds à l'ambiance malsaine, ils ne seront pas déçus. Une pochette qui set d'insert et trois textes sur cinq. C'est un très bon cru punk oi! Quoi.

SKALOPES s/t demoCd ça plâtre production
Chaude ambiance pour ce groupe aux influences ska/punk, une intro et six morceaux qui défilent en 19 minutes. Je pourrais dire que ça reste destroy tout en étant mélodique, c'est peut être le chant qui est du vrai yaourt qui veut ça. La basse et ses bonnes lignes donnent de l'ampleur aux morceaux, un bon son et une Jacquette en couleur pour ce CD gravé à la demande. A soutenir ce groupe qui ne se prend pas au sérieux et son super dub « ta mère chos du dub ».

ACTION CIVIQUE / SKALOPES « Split concert demo » CDR
Encore un cd gravé à la demande pour ces deux groupes de la région de Tarbes. Action civique nous reviennent après leur première demo. Ca reste dans la même lignée, c'est à dire speed, basique et gueulard. Pour les skalopes c'est aussi bon que leur demo ci dessus. Le son est correct pour ces dix morceaux plus deux cachés. Deux groupes qu'on soupçonne de copuler.

PARIS VIOLENCE « Ni fleurs ni couronne » 10'' picture  Rural Musik, Dialektik, Islika
Ce petit coquin de Flav refait le coup du précédent album : sortir en même temps un chouette objet limité à 300 exemplaires. Là il s'agit d'un superbe picture 10'', ambiance cimetière, 6 titres et un instrumental, là aussi meilleurs que l'album à mon goût. Toujours pas mal de synthé et la gratte est super travaillée, même que dés fois j'ai l'impression d'écouter un groupe de heavy symphonique italien !!!!!On retrouve deux thèmes déjà traités dans d'autres chansons : l'insurrection de Budapest en 1956 et la contre révolution blanche de Wrangel : approfondissement ou ça commence à tourner en rond ?

ERVAS DANINHAS
« Barulho e Confusao » DemoCD
Il y a marqué « Puink's Unidos Revolucao » sur le devant de ce CD, mais les textes (en portugais, d'ailleurs Ervas Daninhas signifie mauvaise herbe), mais les textes semble très simples et directs. En guise de zique c'est du punk basique (au bon sens du terme) et assez lent avec quelques accélération. La production avidement moyenne passe bien, le chant en portugais c'est cool, donc c'est sympa mais c'est pas la mort, par contre ils ont l'air d'être super motivé donc n'hésitez pas à leur envoyer un petit mot. Gilguerreiro netvisao.pt, Apartado 116, 2955 Pinhal Novo, Portugal.

MEDEF INNA BABYLONNE « Entrepenarial vibration » MiniCD Autoprod
Le groupe Toulousain nous revient avec un mini CD, dans la veine de leur demo, mais avec un meilleur son. Donc toujours un délire autour du 'punk entrepenarial' (ah, Seillière déguisé en Che…), 7 titres de punk bien sympathique (c'est bon sur scène aussi), avec des textes majoritairement en français (et une page sur l'Occitanie, ouais… et un qualificatif un peu maladroit dans la chanson sur Bush) qui alternent de la plaisanterie et des sujets qui rigole moins. Et puis il y a un flûte traversière, et ça le fait bien (ça change su saxo en tout cas). On en a quelques uns, contactez nous.


[retour au sommaire]


BRUIT nº 14, 12pA5, gratuit, 

Ultime numéro pour ce zine annuel. Ceux qui connaissent remarquerons qu’il y a beaucoup moins de pages que les précédents, en effet pas de textes d’opinions cette fois ci, afin de diminuer les coûts (ce qui est une raison de l’abandon de Bruit, Philippe préférant consacrer son temps et son argent à la propagation du végétar/lisme). On trouve une présentation/compte rendu d’activité d’AVIS Association Végétarienne Végétalienne d’Information), , pas mal de contacts d’autres zines (pour passer le relais en quelque sorte) et une liste de disques à lui (surtout grind) qu’il vend.

 

LCDR nº 3 24pA55f pc chez

Ce zine est celui de l’assos de Cri de ralliement de Montpellier, qui organise des concerts et gère les groupes Prohiber, Gilbert et ses problèmes et Fiction Romance. Donc l’actu de ces groupes, pas mal de news, des infos sur la garde à vue, une view des valseuzes et des chroniques de disques et concerts. Je ne sais pas tout les combien ils sortent, mais ils ont du prévoir un truc assez régulier puisqu’ils proposent une formule d’abonnement. Informatif et fun sans prétention.

 

PUNK SYSTEM nº 18, 28pA4, 15fpc chez 

C’est  apparemment l’avant dernier numéro pour ce zine breton, l’auteur ayant décidé d’arrêter, ce qui est bien dommage, parce qu’avec 18 numéros derrière lui, il commençait à devenir habituel. On retrouve toujours le ton caustique et direct (il ne se gêne pas pour dire ce qu’il a à dire quoi) qui fait de ce zine un truc assez personnel (en tout cas très personnalisé), ce qui quand même assez peu commun pour un zine punk.

Pas mal de chronique skeuds/zines/cercons, une interview d’Urban Bligth (voilà quelqu’un qui a des choses à dire ! De plus Laurent semble assez âgé, ça change de l’aspect fortement juvénile qu’on peut retrouver  chez les anarcho-punks), une qu j ‘ai trouvé bien moyenne de 4º 7, qui se disent en partie influencé par l’anarcho-punk mais qui sont tout contents parceque la FNAC va les distribuer...une de 20 mn de Chaos et du label Revolution qui ajoute une ouverture musicale très plaisante (aussi présente dans les chroniques, à savoir pas mal de crust/hc) et une des italiens de Brigate Rozze. Mise en page sobre et efficace, donc quelque chose de très agréable à lire. En tout cas il reçoit le prix de la plus vieille chronique, puisqu’il s’agit du LP Vocation des binamés, qui a du sortir il y a dix ans…

 

WEE WEE nº 7, 80pA5, 15fpc chez 

10 balles de la main à la main pour 80 pages remplies avec une mise en page nickel et des très jolies photos, on peut dire que Wee Wee c’est la grande classe ! Des interviews de Convent, Refused, Ananda et Satori qui datent un peu et un gros paquet de chroniques fouillées dont certaines datent pas mal, mais comme ils disent, on s’en fout ! Ce sera peut être aussi l’avant dernier numéro, comme quoi la qualité n’est malheureusement pas un gage de longévité (le contraire est il vrai ?). On retrouve aussi un historique intéressant du « brutal hard core » en France, avec des chronique d’époque, ce qui est assez rigolo, par contre je m’étonne de l’absence de la compile Rapsodie, qui est plus vieille (et plus brutale) que Hard Core Evolution. Sinon c’est un fanzine hard core (pas de genre spécifiquement privilégié dans weewee, mais ils sont plusieurs, c’est peut être pour ça héhé) donc résolument plongé dans ce coté de la force, et des fois je prend des montées de voir l’importance qu’on la réputation, les on-dits (la pose ?) et la coupe du chanteur dans ces trucs là, et aussi  la capacité de parler de remise en question machin, voir de révolution ou d’anarchie avec une totale absence de discours ou d’exemples concrets concret dépassant le stade individuel ou strictement musical. Ces remarques ne concernant évidemment pas que weewee (qui est la grande classe)

 

HAS BEEN ZINE nº 7, 24pA5, gratuit+port, c

Ce zine est l’organe d’expression de l’asso de concerts Has Been Mental, comme Le Cri De Ralliement, et je crois qu’ils sont assez proches, et d’ailleurs même choses que celui ci : surtout des news, des reports et quelques chroniques (dont Rage Against The Machine et Pierpoljak !!)qui confèrent un aspect feuilles de liaison sans prise de tête. Quelques autres trucs à droite à gauche, dont un historique d’Exploited. Ils proposent aussi une formule d’abonnement ce qui est toujours intéressant si ils arrivent à assurer la cadence.

 

KANGOUROU ZINE Nº 10, 26pA4, 15f pc chez 

Je ne sais pas de quand il date exactement, mais ce n’est pas très important après tout...quelqueq chroniques de disques et concerts et pas mal d’interviews d’une variété assez plaisante : Les écureuils qui puent, 4º 7, agnostic Front, Les sales Majestés, Nostromo, the Hives, Hellacopters, Virus, P38, Napalm Death et No Time to lose. Avec ce paquet d’interviews, on se doute qu’elles sont assez courtes, ce qui est effectivement le cas, à part celle des Sales Majestés. Dommage aussi que les questions se ressemblent un peu  toutes. Mais quand même des choses à lire avec à la fin un historique des Real Cool Killers.

 

PROGRAMME POUR LA JEUNESSE PEDIGREE PORC 40pA5, quelques timbres à 

Ce recueil propose d’une part quelques bds mettant en scène trois lascars : Masse, Turba et Fion (une plaisanterie se cache derrière ces patronymes, sauras tu la trouver ?), dont les lecteurs d’Earquake connaissent quelques aventures : des dessins minimalistes pour des histoires dont le sens peut quelquefois paraître obscur, en tout cas une bonne dose de provocation, et d’autre part des espèces de fresques torturées ou carrément absurdes… donc un bon volume de détente-torture pour un prix modique..

 

RETOUR EN AVANT (FOU FURIEUX) Franck Michel, livre imprimé, 216 pages , 80f pc à l’adresse d’Earquake.

Et oui, il s’agit bien d’un livre, un truc avec pleins de pages sans images dedans, sorti aux édition scripta, à compte d’auteur me semble-t-il. Il s’agit d’un roman policier sur fond d’anticipation politique (une dystopie ?), dans un monde ravagé après la Xiéme guerre atomique… C’est tout à fait fidèle au genre : c’est loin d’être du Flaubert et ça se lit en quelques heures avec grand plaisir, avec en prime quelques  passages sacrément humoristiques et de la bonne bourinnaille. Le fait est que je ne connais pas l’auteur, mais j’ai lu quelques part qu’il s’agissait de quelqu’un « de notre scène » (laquelle?) et effectivement  le frangin d’un des protagonistes (personnage secondaire) joue dans un groupe de hard core, ce qui n’est d’aucun intérêt pour l’intrigue, mais ça fait toujours plaisir (et donne naissance à un passage tout à fait juste qui est reproduit quelque part par ici). Donc au lieu d’aller acheter une série noire (ou pire !!) lisez celui-ci (une sorte de DIY littéraire).

 

LEPROSY nº 14, 24pA5, deux timbres à Leprosy zine, 

Horror Metal Fanzine comme marqué sur la couverture, quoi de plus normal quand on reprend le nom du second album de Death. Donc surtout Black/Death/Heavy underground, sans les illustrations ou article mystico-culturels qu’on retrouve souvent dans ce type de prod. Les interviews (Edicus, Dementia et les vieux de la vieille de Na Return) sont très courtes, mais quoi de plus normal quand la musique est le seul thème abordé ? Des reports de concerts dont un de Marduk, le chroniqueur ne précise pas si il y avait ou non des bras tendus (comme quand ils sont passés à Toulouse), peut être qu’il y en avait pas mais je me méfie avec un groupe qui a pondu un album intitulé Panzer Division Marduk C’est bien foutu dans le style, mais l’absence totale de chose autres que juste la zique (même pas pour s’exprimer ou faire la fête, juste la zique)confère un aspect très superficiel qui gâche un peu la lecture Dans une chronique il y a marqué : « le groupe se lance dans des textes politiques (faut choisir : musique ou politique) », alors on peut pas faire de la bonne musique et avoir des textes un minimum intelligente, faut choisir ? En tout cas ça aide malheureusement pas à se défaire de l’image du hardos crétin chevelu.

 

GAWA 140p, 75frs, 

Ce petit livre est en fait une compilation des numéros du fanzine du même nom, de 97 à 99.La majeure partie des pages est constituée de détournements, le plus souvent de publicité, souvent très drôle et toujours très con. On trouve aussi des espèces de nouvelles dans le même esprit et un peu de lecture plus conséquente : une view avec un spécialiste de Godzilla et plusieurs papiers sur les nudies/les streap teaseuses au cinéma/Russ Meyer (sur le cinéma déshabillé américain des années cinquante quoi). Donc au final quelque chose de très fun et de très agréable à lire.

 

FUTURE NOIR Nº 1, 28p A4, 8f+port chez 

100% DIY anarcho punk zine, est il spécifié sur la couverture -et en effet, la mise en page est à base de collage, le tout écrit à la main et un peu dur à lire aux endroits où la photocopie foire un peu- pour ce nouveau fanzine anarcho punk et pour le nouveau fanzine du rédacteur de béruzine. On retrouve (évidemment ?) un texte sur la ganja, un sur violence et révolution et un sur le végétarisme, textes que j’avoue avoir parcouru en diagonale tellement je les ai déjà lu 50 fois auparavant. On trouve aussi la première partie d’une chronologie d’Action Directe (les guérilleros, pas les zicos) qui existe en brochure, un texte sur l’ABC et un d’Yves Peirat. Coté zique une view des pekatralatak (comme d’hab) et une d’oi! Polloi (un peu courte) plus des chroniques…. Et une rubrique « Futur Noir contre tous les apolitique » grâce à laquelle il risque de se faire plein d’amis ! Donc un zine tout à fait dans l’esprit et dans la forme, d’ailleurs il est prévu un split Futur noir/Déviance/Propagande.

 

PROFANE EXISTENCE Nº 39 20p format journal, gratuit, en anglais, p

Voici le retour de ce fameux journal nord américain. Bon  dedans il y a un morceau de l’interview du label allemand Skuld qui est parue dans ilegal (donc ici en anglais au lieu d’espagnol, ok ?), ou le gars explique que comme la représentation de croix gammées est strictement interdite en Allemagne, on lui a collé un procès parce qu’il vendait des badges avec ces croix dessinées dessus (en train de se faire détruire bien sur) !! Une view de Hate To State de Biélorussie, de Tragedey, de Shitlist et des articles nettement politiques dont un report de la North American Anarchist Conference assez désabusé et peu engageant, où l’on apprend que le seul ‘mouvement’ anar un tant soit peu organisé là bas étaient les primitivistes (pour un retour à l’age de pierre !!). Et des chroniques et des colonnes, que je n’ai pas lues….

 

EARQUAKE nº 77 28p A5 3 timbres chez 

Earquake (enfin son rédacteur) a donc pris deux mois de congé, ce qui semble naturel au bout de 77 numéros, et en plus il y a une interview d’Oi Polloi de quatre pages, un modèle du genre. J’ai été très agréablement surpris par la teneur de certains propos, je me serais plutôt attendu aux positions inverses, par exemple ils prennent nettement des positions anti bolchevik (normal quoique malheureusement pas assez commun) ou encore : « Ce n’est pas le fait que des étudiants ratés qui se sont proclamés sauveurs de la classe ouvrière (je pense à Action Direct chez vous ou à Angry Brigade chez nous) font sauter une base militaire ou les locaux d’un journal qui me donnera envie de leur utopie maoïste  » un peu de finesse dans un monde d’amalgame !! Donc encore du très bon avec ce numéro qui propose aussi des views de Colonna Infame Skinhead (pas mal intéressant aussi), Voice Of A Generation et la Dérive des Incontinents (réponses complètement barrées, à mon avis ils ont pas mal lu Burrough dans leur jeunesse).

 

GOUDE UR BANNAC’H..AN DISPAC’H!! Nº 16, 8pA5,  un timbre 

Ce numéro est presqu’ entièrement constitué de chroniques de zines (musiques et politiques), de news sur la Bretagne et un texte qui tent d’expliquer la présence de libertaire à une manif pour la réunification administrative de la Bretagne, en effet, on est en droit de s’interroger, t c’est une bonne chose que de déjà soulever la question, surtout dans une feuille clairement non nationaliste mais heu… disons qui défend à la fois le gallo et le breton. En tout cas ça reste moins stupide que certaines publications gauchistes qui règlent ce genre de question à la truelle.

 

BARRICATA nº 7, 68p A5, 15f pc RASH c/o 

La couvrante est une vieille affiche (apparemment tirée de cette mine d’or qu’est le bouquin « Insurrection Situationniste »), avec la légende « Tous les communistes ne sont pas des voyous mais tous les voyous sont des communistes », bon, si je peux à la limite comprendre qu’on puisse se faire plaisir avec des trucs comme ça, ça me fait penser que ce zine qui regroupe donc en principe des rouges et des anarchiste (RASH = Red and Anarchist SkinHeads) ait une clarification par rapport aux terme communiste (a moins que ça ait été fait dans un vieux numéro ?). Il semble clairement anti stal, mais ne serait il pas bon de se positionner aussi et surtout par rapport aux théories et pratiques bolcheviques ? (A moins que ça ne vexe certains ‘camarades’ ?) A faire de la politique à coup de marteau, la faucille n’est jamais bien, loin. Bon trêve de plaisanterie, encore un gros pavé pas cher d’infos musicales et politiques (dans une optique très radicale donc) avec des views de Ya Basta, J’aurais Voulu, Skalariak et une de la compagnie jolie môme (théâtre de rue) dans l’optique de la propagation des arts populaires. Il y en a aussi une des neuskis de Voices Of Belleville, assez surprenante dans un zine comme celui là (même si c’est pour de rire, ça fait drôle de voir citer Légion et Bunker dans Barricatta), tentative d’ouverture ou écartement de la ligne politique qui sera vite rétablie ? Bien sûr pleins de chroniques (très fouillées pour la partie ska) et des articles politiques (euskadi, FTP, Antifa suedaoi….) et toujours des articles sur le foot (désolé, des gars –et des filles ? dans un stade qui vibrent d’une clameur unanime pour soutenir untel parcequ’il vient de ma ville et parce que ma ville on sait jouer au foot, je m’y ferais jamais). Bon, on chipote on chipote (quoique…), mais même si je crains que ce zine n’éveille jamais la fibre poétique du lecteur, ça reste un pavé bourré d’infos et donc incontournable (et tirer à 900 exemplaires au bout du septième numéro, ça c’est beau).

 

IN DUST WE TRUST nº 1 

Il y a en sous titre ‘Satyagrana verset 7’ puisque c’est le zine que faisait Jeff, fameux sxe de Tarbes,  il y a quelques années. Il reprend donc du service après un passage comme chroniqueur dans WeeWee, avec apparemment un regard assez désabusé sur la ‘scène’ hc. Donc le gars sait de quoi il parle, c’est clair, et on a quelques textes, un questionnaire « estes vous politiquement hard core correct » assez rigolo et une view de Vanilla et des chroniques hc donc bien foutues. Bon, jusque là un très bon zine hc (couvrante très sobre réussie), mais on trouve aussi une interview de Gasolheads (punk’n’roll marseillais), Lollipop (le label de Gasolheads entre autre) et Low Vibe (Stoner Rock) !! Donc une très bonne ouverture, ce qui est souvent le défaut de se genre de zine, d’autant que les deux premières sont très intéressantes. Un très bon zine, on espère que ça continuera.

 

LA MONSEIGNEUR nº 1

Format livret de CD pour cette feuille de squatteurs lillois, puisque fournit avec une compil CD (voir chroniques CD) en soutient à des anti fascistes qui ont eu des problèmes avec la justice après des affrontements avec des techno men nazis. Donc des explications concernant ce mouvement (gabbers) et sur la techno (libre) en général, un très bon texte sur ‘l’anti fascisme type n’existe pas’, une mise au point (enfin!!) concernant la chanson des Perfuses sur Florence Rey. Ils avaient proposé un titre pour la compil’, mais là c’est raté ! Et aussi des infos sur les squatts/luttes. De très bon textes, vraiment rien à jeter que ce soit le zine ou le cd, du en grande partie au ton posé, mature mais sans concession, en plus, ils disent clairement : « notre lutte contre le fascisme passe par la lutte contre l’état, le patriarcat et le bolchevisme ». Il est tellement rare de voir des positions anti bolcheviques dans le milieu dit anarcho punk que ça méritait d ‘être signalé.

 

PIPO MAG nº 7 8pA5  Comment peut on faire tenir autant de conneries en si peu de pages ? Donc un détournement des meilleurs morceaux de Voici ou Gala avec entre autre une interview de David Hassellhoff (d’Alerte à Malibu) et de Laure (rescapée du loft), un article sur l’age véritable du père Fourras….C’est complètement débile, mais ça marche, une lecture hilarante avec 0% de truc sérieux dedans

 

ILEGAL nº 1 56pA4 imprimé 

Petite precision pour les zines espagnols chroniqués ici : je ne parle pas espagnol, on m’a traduit quelques trucs dedans, mais je ne connaît donc pas tout ce qu’il y a à l’intérieur de façon exhaustive. Ce zine est apparemment un gros projet (de l’anarcho punk fédération d’Espagne ?) tiré à 5000 exemplaire et vendu 2 francs (y’a des pubs –de labels anarcho punks, dedans). Derrière se cachent en fait les gens de Don’t Belong et de Sin Dios. Donc des colonnes, des chroniques, et des views de Pequena Oruga Mecanica, de la Croix Noire anarchiste Espagnole (Cruz Negra Anarquista en VO), de Zanussi, du label allemand Skuld, de Nodo 50, du batteur de Seein’ Red et de mes préférés de Possession. Les interviews sont en général plutôt longues, et en plus y a un report de la tournée de Sin Dios sur le continent américain (ce qui permet de voir le chanteur en maillot de bain !!). Donc un zine très bien d’envergure nationale comme il n’en existe pas (encore, on attend le premier numéro de contre culture) en France. Le numéro deux devait sortir avant l’été, mais ça n’a pas été encore fait apparemment.

 

TOKSIKO nº 5 98 p A5 

Quand on me l’a vendu (en Espagne) on (le batteur de Sin Dios dans sa boutique/infoshop La Idea calla Santa Barbara à Madrid, allez y faire un tour si vous passez dans le coin) m’a dit (enfin pas à moi parce que je parle pas espagnol, ok ?) que le plus intéressant dans ce zine, c’est le CD (cf chronik cd). Alors je sais pas, la seule interview qu’on m’a traduite est celle de Possession (étonnant non ?) et bon, les questions étaient plutôt bof, mais ça se tient. On m’a peut être dit ça pasqu’il y a pas mal de très bon zines en Espagne ?. De toute façon, c’est un gros zine, et à ce prix là, même rien que pour le CD ça vaut vingt balles. Il y a aussi Ratods De porao, OK Ban, Lucha De Classes, Karton D Vino, des chroniques, des textes politiques, des Bds….

 

DERNIER COMBAT nº 5 20p A5 

Très chouette dessin de couverture, alors on ouvre pour tomber sur une interview de Teddy Beer, jusqu’ici de parfait inconnus et qui devraient le rester encore quelques années tellement j’ai rarement lu un truc aussi inutile et inintéressant. Quel intérêt d’interviewer des gens qui ne font rien  et qui n’ont rien à dire ? C’est un peu moins pire avec la suivante, Bilbok Barzoï, et ça devient intéressant avec celle du rédacteur de deux newletters : Get Involved et New Destiny.y’a aussi Pick Me Up (jeune poétesse) et Own Decision (hc) plus quelques chroniques… Donc une lecture certes pas totalement dénuée d’intérêt mais qui manque de profondeur à mon goût.

 

LE MIROIR D’ENCRE nº 9, 20pA5, 6f en timbre 

Petit fanzine mais très condensé avec des views de Meshuggah (trash suédois conceptuel), Pale Frost, Dew Scented (death), un historique (petit) du grind (coté metal) et des textes sur les figures vampiriques dans l’antiquité  grecque (les figures, pas les vampires, y’en avait pas), un truc sur la mythologie babylonienne : bref, comme vu ailleurs, un zine d’éclectisme sombre. Idem pour les chroniques  (assez nombreuses) : metal, electro…

 

REASON TO BELIEVE nº 1 56pA4, gratuit 1

RTB se présente comme les épais zines gratuits américains, mais se veut justement centré sur l’europe. Donc des views de Enstand, Bernd, , Ecuador… elles sont assez longues (..et je n’ai pas tout lu..) + kronik skeuds, bouquins, donc surtout dans une optique hard core. Il y a aussi comment fabriquer sa rampe de skate tout seul, des scene report. Donc quelque chose qui a l’air très intéressant, d’autant que c’est gratuit, si vous comprenez l’anglais, of course.

 

DIE TOTEN REITEN SCHNELL , nº 2, 36pA5, Haïku 

Ceci est en fait une grosse newsletter du gars de Memento Mori, en attendant qu’il sorte son septième numéro. Donc musicalement c’est plutôt metal (black, dark, grind..) et electro, et tout ce qui va autour : éditeurs, artistes (dessinateurs..), distros, bouquins.. Donc pleins de contacts, et il y a en première page : « Le jour où nous soutiendrons un groupe nazi n’est pas près d’arriver. Nous nous foutons laïquement de l’existence d’un Dieu, alors inutile de la ramener avec Satan, les grands Anciens ou Ernest-Antoine Seillière », ce qui est loin d’être superflu quand on s’intéresse à ce genre de musique.

 

SANS TITRE nº 8 40pA4 certainement prix libre et il doit en avoir chez Maloka.

Ceci est la publication d’un réseau de squatts en Franc. En guise de présentation, la reproduction ede leur nouvelle charte en première page. Suit un long article bien renseigné sur le Plan Colombia (ou comment les para militaires font régner la terreur pour chasser les gens des terres), un report sur la caravane zapatiste, re long article sur la liberté de circulation etc.. Plus concrètement il y a un projet d’achat d’un bus collectif (déjà acheté et basé à Toulouse pour aller à Prague, mais faut des sous pour la carte grise etc, et il serait mis à dispo des gens qui en auraient besoin : Roues libres Association, 10 rue Taupin, 31000 Toulouse, roues.libres@wanadoo.fr, 0534251605, 0561583882) et un compte rendu (plutôt une présentation) de l’intersquat de Grenoble.

 

STAND UP nº 2, 52pA4, standup@free.fr

Ca plus le CD (cf chronique) pour 30 balles pc (si je me souviens bien) c’est cool. Mais si vous en voulez un, faut d’abord demander à l’adresse electronik. Sinon toujours orienté hc old school, avec Agnostic front, Fast Time, Inside Conflict, Indication…(11 groupes au total) et Dropkick Murphys, ce qui ouvre un peu le machin, volonté qu’on retrouve dans les chroniques skeuds (P38/Templars, Sin Dios…).Par rapport au numéro précédent, les interviews sont plus consistantes, et les photos prennent moins de place, donc une bonne progression (et y’a le cd!!)

 

WORST nº 10 28pA4, 15f pc (?) Pavemusik, BP 5195 Metz

Peu après le précédent, le nouveau numéro du magazine punk rock (ce qui n’empêche d’ailleurs pas les fautes d’orthographe...). Des interviews qui portent essentiellement sur le line up et tout ce genre d choses avec : J’aurais Voulu, the Partisans (les anglais),P38. On trouve aussi une view des anarchopunks de Defiance, ce qui fait toujours plaisir, mais jusque la rien d’exceptionnel, toujours les chroniques et news bien branché vieux punk anglais ou teuton (et un report du 1 mai en Allemagne, chaud ..) et la mise en page de pro. Mais y’a aussi une interview du gars qui fait les hors série punk de Rock Sound ! C’est pas une mauvaise idée, l’interview est assez fournie (le gars faisait le zine violence avant, il sait de quoi il parle) et donc assez intéressante mais ça n’aide pas à se faire un avis : certains arguments sont tout à fait correct et d’autres hérissent le poil, ça dépend du lecteur j’imagine.

 

LEAN ON ME nº 2 36p A4 plié verticalement, prix libre 

Second livraison pour ce chouette zine plutôt orienté ska/reggae.. Plutôt du coté skin head de la force, mais aussi ouvert sur le keupon, lea oi!, le hc … Des reports de concerts agréables à lire (même si le côté moi-je-suis-un-neusk-de-la-vieille-école-c’est-quoi-tout-ces-jeunes-qui-comprennent-rien-et-en-plus-je-suis-sur-ils-sont-même-pas-ouvriers est parfois un peu lourdingue, surtout quand on connaît le poids des ouvriers dans la musique actuelle, mais bon… Les lecteurs les plus pertinents saisiront), Pas mal de chroniques skeuds et qui sont écrites en suivant, là aussi c’est agréable à lire. Une view des femmes avec des réponses un peu superficielles j’ai trouvé, par contre excellente view des No Time To Lose (punk hc), où qu’est ce que l’intégrité de façon concrète sans idéologie à deux balles. Y’a aussi the Soulsteppers (skin head reggae américains, ce qui à l’air assez rare) et the Coldspot 8 (ska ricain), mais je ne suis pas vraiment qualifié pour parler de tout ça.

 

L’ETRON PENSE MAIS MAIS NE SE REND PAS 19pA4 pas de prix, pas d’adresse, mais y’en a chez vendredi 13.

Recueil de textes collés un peu n’importes comment, y’a vraiment de tout du court au moyen (je parle de la longueur des textes), des trucs compléments débiles et d’autres moins, avec des thèmes récurrents, notamment la vie sexuelle de Juppé et un report de vacances sur fond de grosse défonce (vécu ?). Y’a donc à boire et à manger dedans et donc des bons trucs (ça veut dire que comme c’est assez varié, chacun devrait pouvoir y trouver quelque chose qui l’intéresse)

 

LOCO LOCO nº 4 28pA4 15f pc asso 

Déjà je trouve la mise en page de ce zine excellente, c’est condensé, agréable, lisible en même temps. Sinon chroniques news etc dans une veine plutôt punk/noise/pop/hc...Des groupes interviewés je ne connaissais que les Homeboys (hc melo) et Elevate newton Theory (hc). Y’a aussi Dum Dum Boys (qui ont fait la BO d’un film de cul, et dans un pays de l’est.. Je ne sais pas si tout ceci est bien correct…), On the Ring/ Minimum Serioyus et Trickle. Les views sont un peu courtes à mon goût mais le tout reste très sympathique.

 

TRANZPHOBIA nº 8 104 pages A4, 35 f pc (pas de chèque) 

J’ai gardé le meilleur pour la fin : 104 pages collées sou une superbe couverture couleur d’Ivan Brun (qui a aussi fait par exemple la pochette du CD disco de Coche Bomba), imprimé avec une mise en page de la mort : carrément un petit bouquin sur l’histoire du c de la fin du XXº  siècle que vous pouvez ranger dans votre bibliothèque ! Il a fallu trois ans pour le faire (une interview d’Öpstand en 2001, c’est rigolo). Donc une optique quasi totalement anarchocrust, avec des incontournables comme les Hollandais de Seein Red et Boycot, Unhinged, Capitalist Casualties, Submission Hold, La Fraction, The Ex… Une bonne dose d’exotisme aussi avec Execradores (crust Brésil), dir Yassin (grind anti sioniste d’Israël, le truc qui rigole pas trop), les amérindiens de Blackfire, fun People (buenos Aires)… 16 groupes en tout .Mais aussi d’autres trucs avec le tigre (musique électronique féminine), Mickael Schenker (squatter de NY), Costes (apparemment la transcription de la view de la vidéo des otages, avec deux trois trucs en plus), plus des textes, un gros paquet de chronique, et des planches assez bizarres de Kapreless. La plupart des interview ont été faites en live, mais quelques unes manquent un peu de consistance, malgré l’évident volonté des rédacteurs de trouver des thèmes de questions diversifié (et faut en trouver pour 16 groupes !!). Donc voilà, à moins d’être allergique aux musiques bruyante, c’est incontournable. Et en plus y’a aussi une version en anglais.

 [retour au sommaire]


CONNAISSEZ VOUS LE STRAT-EDGE ?

 

Le but du strat-edge est, comme son nom l’indique, de mettre en place une stratégie en vue de picoler le plus possible à l’œil pendant les concerts.

Crée au début des années quatre vingt autour de la mouvance punk hard core de cette époque, le strat-edge s’est posé en réaction aux concerts de musiques violentes dont le public n’est pas assez alcoolisé. La technique la pus couramment utilisée est la participation intéressée à une discussion où circule un bouteille dans le but évident de tiser le plus possible dessus. Par contre la technique de piquer de l’alcool au bar n’est utilisé qu’en contexte favorable (prix excessifs, bar de merde, pas le droit de rentrer de l’alcool…). Habituellement, le strat-edge achète la bière la moins chère au Mammouth l’après midi et essaye de rentrer avec au concert tant qu’il peut, et essaye d’en faire profiter le plus de gens possible, en espérant que cela entraînera un mouvement d’échange d’alcool plus large, dont il pourra alors profiter en toute quiétude.

Contrairement aux idées couramment répandues, le strat-edge n’est pas qu’un vulgaire profiteur, mais participe par son action à ce qu’un concert ne soit pas seulement un lieu où on écoute de la musique mais aussi un beau bordel.

 [retour au sommaire]


Voilà de quoi vous occuper jusqu’au prochain Vendetta. Le premier qui nous donne la bonne réponse gagne un numéro gratuit. Celui qui répond a la partie plus difficile gagne un abonnement de trois numéros et celui qui répond à la question subsidiaire gagne un abonnement à vie. (Il faut bien sûr envoyer les calculs et pas seulement le résultat)

 Tox et Béru sont deux sympathiques zonards de la rue Bayard. A 19 heures, ils n’ont plus un sou en poche et commencent donc à taper la manche, leur but étant de se saouler à la Finkbrau.

Sachant que la cannette de 50 cl de Finkbrau contient 5 degrés sept d’alcool, qu’il leur faut 5 grammes d’alcool dans le sang (chacun) pour arriver dans l’état voulu, que la cannette de Finkbrau coûte sept francs vingt centimes au Lidl, qui ferme à 21 heures, et neuf francs quarante à l’épicerie de nuit, et qu’ils récoltent en moyenne trente deux francs par heure,  calculer à la minute prés, à quelle heure les deux compères seront ivres.

 Plus dur :

Tox et Béru ont malencontreusement perdus leur papiers la veille au soir. Si la maréchaussée s’en vient à les contrôler, ils devront passer la nuit au commissariat. Les policiers opèrent des rondes toutes les demi heure. A 19 heures il y a une chance sur vingt pour que nos amis se fasse contrôler. La demi heure suivante, une chance sur 19, la suivante une sur 18 ….

Calculer les probabilité des évènements suivants :

A)               Tox et Béru finissent saouls dehors

B)           Tox et Béru finissent lucides au commissariat

C)            Tox et Béru finissent en cellule de dégrisement

D)            Un passant leur chante une chanson de Shatter The Myth et nos deux camarades décident de ne plus consommer de ce fléau social qu’est l’alcool et retournent chez leur mère le lendemain matin.

 

Question subsidiaire :

Quel est l’age du chien de Béru ?

[retour au sommaire]


 [retour au sommaire]